fbpx

Déverrouiller les secrets : un guide complet sur la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 27, 2024
1709053285000X887778593411382900 Feature

Comprendre la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Dans la lutte contre le blanchiment d’argent, la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent joue un rôle crucial dans la détection et la prévention des activités financières illicites. Il est important de comprendre l’importance de la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le rôle de la technologie dans l’amélioration de son efficacité.

Importance de la déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent

La déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent est essentielle pour les institutions financières et les organismes de réglementation afin d’identifier et de signaler les activités suspectes qui peuvent indiquer un blanchiment d’argent ou un financement du terrorisme. En surveillant et en déclarant les transactions qui répondent à certains critères, les institutions financières contribuent à l’effort global de lutte contre la criminalité financière.

Le processus de signalement permet de découvrir des modèles, des tendances et des anomalies qui peuvent indiquer des activités illicites. Il permet aux institutions financières et aux organismes d’application de la loi d’enquêter et de prendre les mesures appropriées pour empêcher les criminels d’exploiter le système financier. La déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent favorise également la transparence et la responsabilité dans l’écosystème financier mondial.

Pour s’acquitter de leurs obligations de déclaration, les institutions financières doivent mettre en place des systèmes et des processus robustes pour identifier, surveiller et signaler les transactions suspectes. Cela implique la mise en œuvre de politiques et de procédures efficaces en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, ainsi que la formation du personnel pour qu’il puisse reconnaître et signaler les activités suspectes. La conformité aux exigences en matière de déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent n’est pas seulement une obligation légale, mais aussi une pratique commerciale responsable qui contribue à protéger l’intégrité du système financier.

Rôle de la technologie dans la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

La technologie joue un rôle central dans l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience de la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Diverses avancées technologiques ont révolutionné la façon dont les institutions financières surveillent et signalent les activités suspectes.

L’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique sont l’une des technologies importantes qui ont transformé la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Les systèmes alimentés par l’IA peuvent analyser de grands volumes de données en temps réel, ce qui permet de détecter des modèles et des anomalies complexes qui peuvent indiquer des activités illicites. En tirant parti de l’IA et de l’apprentissage automatique, les institutions financières peuvent améliorer la précision de leurs processus de surveillance et réduire les faux positifs, ce qui se traduit par des rapports plus efficaces et ciblés (GAFI).

De plus, la technologie des registres distribués (DLT), communément appelée blockchain, peut fournir une méthode transparente et sécurisée de conservation des enregistrements de transactions. Cette technologie facilite la conformité et le reporting en matière de lutte contre le blanchiment d’argent en créant une piste d’audit immuable et infalsifiable, garantissant l’intégrité des données financières (GAFI).

Les institutions financières peuvent également tirer parti d’autres outils technologiques, tels que les interfaces de programmation d’applications (API), pour faciliter les transferts de données sécurisés entre différents systèmes. Cela permet un meilleur partage de l’information et une meilleure collaboration entre les institutions financières pour la déclaration et la conformité des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (GAFI).

En adoptant la technologie et en adoptant des outils avancés de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent, les institutions financières peuvent améliorer leur capacité à identifier et à signaler efficacement les activités suspectes. Ces outils permettent une surveillance plus précise et plus efficace, ce qui réduit les coûts de conformité et aide à garder une longueur d’avance sur l’évolution des techniques de blanchiment d’argent (Tookitaki). L’intégration de l’IA, de l’apprentissage automatique et d’autres technologies dans les cadres de déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent offre une occasion importante de renforcer la lutte contre la criminalité financière et de maintenir l’intégrité du système financier mondial.

Cadre réglementaire pour la déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent

Pour lutter efficacement contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, des réglementations et des obligations de déclaration rigoureuses sont en place. Le respect de ces réglementations est essentiel pour les entités impliquées dans des transactions financières. Pour garantir la conformité, il est essentiel de comprendre les principales obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le cadre réglementaire global.

Principales obligations en matière de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent

Il existe plusieurs obligations de déclaration pour détecter et dissuader les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Ces obligations varient en fonction de la juridiction et de la nature des entités déclarantes. Voici quelques-unes des obligations courantes en matière de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent :

  1. Déclaration d’activités douteuses : Les institutions financières et les autres entités déclarantes sont tenues de déclarer toute opération ou activité qui soulève des soupçons de blanchiment d’argent ou de financement d’activités terroristes. Ces rapports aident les autorités à identifier et à enquêter sur les activités illicites potentielles.

  2. Déclaration transfrontalière des devises : Les personnes et les entités qui traversent des frontières internationales avec un certain seuil de devises ou d’instruments monétaires peuvent être tenues de déclarer ces opérations. Ces rapports permettent de surveiller les mouvements transfrontaliers d’importantes sommes d’argent et de détecter les activités potentielles de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme.

Il est essentiel de comprendre les obligations de déclaration spécifiques applicables dans votre juridiction pour assurer la conformité. Pour plus d’informations sur les obligations de déclaration de LBC dans votre juridiction, consultez les autorités de réglementation responsables de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Aperçu des règlements et des lois sur la lutte contre le blanchiment d’argent

La déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent est régie par divers règlements et lois. Ces règlements fournissent le cadre juridique des obligations de déclaration et établissent des lignes directrices pour la conformité. Voici quelques-unes des principales réglementations et lois en matière de lutte contre le blanchiment d’argent :

  • Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes : Cette loi établit le cadre juridique général des activités de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes dans de nombreux territoires. Elle énonce les obligations des entités déclarantes, définit les infractions de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme et établit des sanctions en cas de non-conformité. Des modifications ont été apportées à cette loi afin d’inclure le financement du terrorisme dans son champ d’application.

  • Règlement sur la déclaration des opérations douteuses en matière de recyclage des produits de la criminalité et de financement des activités terroristes : Ce règlement fournit des directives aux entités déclarantes sur la façon de déclarer les opérations douteuses. Elles énoncent les exigences qui incombent aux entités déclarantes en matière d’identification et de déclaration des opérations qui soulèvent des soupçons de blanchiment d’argent ou de financement d’activités terroristes. Le règlement consolide les obligations de déclaration et fournit une référence pour les entités déclarantes (CANAFE).

  • Règlement sur la déclaration des espèces et des instruments monétaires transfrontaliers : Ce règlement établit les exigences relatives à la déclaration des espèces et des instruments monétaires lors du franchissement des frontières internationales. Les entités déclarantes doivent déclarer le transport de grandes quantités d’espèces ou d’instruments monétaires afin de surveiller et de détecter les activités potentielles de blanchiment d’argent ou de financement des activités terroristes.

  • Règlement sur l’enregistrement des produits de la criminalité (recyclage des capitaux) et du financement des activités terroristes : Ce règlement décrit en détail le processus d’enregistrement des entreprises de services monétaires. Ils fournissent des conseils sur les demandes, les notifications, les clarifications et les informations supplémentaires requises pour l’enregistrement auprès des autorités réglementaires.

  • Règlement sur les sanctions administratives pécuniaires en matière de recyclage des produits de la criminalité et de financement des activités terroristes : Ce règlement décrit les infractions liées aux obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes et les classe comme étant mineures, graves ou très graves. Le règlement précise les pénalités qui peuvent être imposées en cas de non-conformité, ce qui renforce l’importance de respecter les exigences réglementaires (CANAFE).

Le respect de ces réglementations et lois en matière de lutte contre le blanchiment d’argent est essentiel pour que les entités déclarantes puissent remplir leurs obligations et contribuer à l’effort collectif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

En comprenant les principales obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le cadre réglementaire, les entités déclarantes peuvent assurer la conformité, atténuer les risques et contribuer à la prévention et à la détection efficaces des activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Exigences en matière de déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent

Pour lutter efficacement contre le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers, les institutions financières sont tenues de respecter des exigences spécifiques en matière de déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent . Ces exigences aident les autorités réglementaires à identifier et à enquêter sur les activités suspectes. Les deux principales obligations de déclaration en matière de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent sont la déclaration des activités suspectes et la déclaration des devises transfrontalières.

Signalement d’activités suspectes

Le signalement des activités suspectes (SAR) est un aspect crucial de la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Les institutions financières sont tenues de signaler toute transaction ou activité qui suscite des soupçons de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme ou d’autres activités illicites.

Lorsqu’elles identifient des activités suspectes, les institutions financières tiennent compte de divers facteurs, tels que les habitudes de transaction inhabituelles, les clients à haut risque, les dépôts ou les retraits d’espèces importants et les transactions impliquant des pays connus pour leurs activités de blanchiment d’argent ou de financement des activités terroristes. Le signalement d’activités suspectes aide les organismes d’application de la loi et les autorités de réglementation à enquêter sur les crimes financiers et à les prévenir.

Pour rationaliser le processus de recherche et de sauvetage, les institutions financières tirent parti d’un logiciel de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent et de systèmes de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces outils automatisent la surveillance des transactions et du comportement des clients, en signalant les activités suspectes potentielles pour une enquête plus approfondie. En utilisant des technologies avancées telles que l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique, les institutions financières peuvent analyser plus efficacement de grands volumes de données, réduire les faux positifs et améliorer l’efficacité du DAS.

Déclaration transfrontalière des devises

La déclaration des devises transfrontalières est une autre exigence essentielle dans la déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent. Il s’agit de déclarer le transport physique de devises ou d’instruments monétaires au-delà des frontières nationales. L’objectif est de détecter et de prévenir les mouvements illégaux de fonds à des fins illicites.

Les institutions financières et les particuliers sont tenus de déclarer les opérations transfrontalières en devises qui dépassent les seuils de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent fixés par les autorités réglementaires. Ces seuils varient d’une juridiction à l’autre, mais s’appliquent généralement aux montants en espèces supérieurs à une certaine valeur.

En surveillant et en déclarant les opérations transfrontalières en devises, les institutions financières contribuent à l’effort mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Cette obligation de déclaration aide les autorités à retracer les mouvements de fonds et à identifier les activités illicites potentielles.

Afin d’assurer le respect des obligations de déclaration des devises transfrontalières, les institutions financières mettent en œuvre de solides programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces programmes comprennent des politiques, des procédures et des contrôles internes pour répondre aux obligations de déclaration avec précision et en temps opportun. De plus, la formation régulière des employés et la surveillance continue de la conformité aident à maintenir le respect de ces exigences.

En répondant aux exigences de déclaration des opérations de lutte contre le blanchiment d’argent, les institutions financières jouent un rôle crucial dans la détection et la prévention des crimes financiers. La mise en œuvre efficace de la déclaration SAR et de la déclaration transfrontalière des devises contribue à préserver l’intégrité du système financier et contribue aux efforts mondiaux de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Conformité et pénalités pour la déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent

Afin d’assurer l’efficacité des pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent, les entités déclarantes doivent mettre en place un programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin de respecter leurs obligations en matière de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Le non-respect de ces obligations peut entraîner de lourdes sanctions. Explorons le processus d’établissement d’un programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et les sanctions potentielles en cas de non-conformité.

Mise en place d’un programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

La première étape pour s’acquitter des obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent pour les entités déclarantes consiste à établir un programme complet de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Ce programme doit comprendre les éléments suivants :

  1. Responsable de la conformité désigné : Nomination d’un agent de conformité qui supervisera la mise en œuvre et le maintien du programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.
  2. Politiques et procédures écrites : Élaborer des politiques et des procédures écrites qui décrivent l’approche de l’organisation en matière de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, y compris la diligence raisonnable à l’égard de la clientèle, la tenue de registres et le signalement des transactions suspectes.
  3. Rapports d’évaluation des risques : Effectuer régulièrement des évaluations des risques afin de cerner et d’évaluer les risques potentiels de blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes propres aux activités commerciales de l’organisation.
  4. Dossiers de formation continue sur la conformité : Offrir une formation régulière aux employés pour s’assurer qu’ils sont au courant de leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et qu’ils comprennent comment identifier et signaler les transactions suspectes.
  5. Examens périodiques du programme de conformité : Effectuer des examens périodiques du programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin d’évaluer son efficacité et d’apporter les améliorations nécessaires.

En mettant en œuvre un solide programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, les entités déclarantes peuvent démontrer leur engagement à lutter contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes tout en respectant les exigences réglementaires.

Examen et sanctions en cas de non-conformité

Les organisations assujetties à la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent peuvent s’attendre à être examinées par le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE). La fréquence de ces examens dépend du modèle de risque établi par CANAFE. Au cours de ces examens, différents outils d’évaluation sont utilisés pour surveiller les lacunes, les progrès et les améliorations du programme de conformité.

Le non-respect des obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent peut entraîner des sanctions en vertu de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (LRPCFAT) et des règlements connexes. Ces peines sont classées en trois niveaux : mineure, grave et très grave. Le montant des pénalités est déterminé en fonction de la politique sur les sanctions administratives pécuniaires (SAP) de CANAFE.

Catégorie d’infraction Fourchette de pénalité (CAD)
Infractions mineures De 1 $ à 1 000 $
Violations graves De 1 $ à 100 000 $
Violations très graves De 1 $ à 500 000 $

Les pénalités sont déterminées en fonction de la gravité de l’infraction et de l’historique de conformité de l’entité. Il est essentiel que les entités déclarantes prennent au sérieux leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et maintiennent des programmes efficaces de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin d’éviter ces pénalités.

Pour se tenir au courant des dernières exigences en matière de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent, les organisations doivent examiner régulièrement les règlements et les lois sur la lutte contre le blanchiment d’argent. De plus, l’utilisation d’outils et de technologies avancés de reporting AML peut améliorer les efforts de conformité et rationaliser les processus de reporting. Pour plus d’informations sur les outils de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent, consultez notre article sur les outils de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent.

En mettant en place un solide programme de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et en respectant avec diligence leurs obligations en matière de déclaration, les entités déclarantes peuvent contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, tout en évitant les pénalités et les atteintes à la réputation.

Tirer parti de la technologie pour la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Dans le domaine de la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, l’exploitation de la technologie est devenue de plus en plus cruciale pour améliorer l’efficacité et l’efficience du processus. Deux avancées technologiques importantes qui ont révolutionné la déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent sont l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique. Ces technologies ont apporté de nombreux avantages dans le domaine, notamment une identification plus précise des activités suspectes et des capacités améliorées de surveillance des transactions.

L’IA et l’apprentissage automatique dans les rapports de lutte contre le blanchiment d’argent

L’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et de l’apprentissage automatique dans les rapports de lutte contre le blanchiment d’argent offre une série d’avantages. Ces technologies permettent aux institutions financières d’analyser rapidement et efficacement de grands volumes de données, ce qui est crucial pour détecter les tendances et les anomalies associées au blanchiment d’argent et à d’autres crimes financiers. En utilisant des algorithmes d’IA et d’apprentissage automatique, les institutions financières peuvent identifier les activités suspectes en temps réel, ce qui minimise les faux positifs et réduit le besoin d’intervention manuelle.

L’IA et l’apprentissage automatique jouent également un rôle essentiel dans l’amélioration de la précision des déclarations de transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces technologies apprennent en permanence à partir des données historiques, ce qui permet aux systèmes d’améliorer leurs capacités de détection au fil du temps. En s’adaptant aux nouveaux types de criminalité financière et aux techniques de blanchiment d’argent, les systèmes alimentés par l’IA peuvent garder une longueur d’avance sur les criminels qui font constamment évoluer leurs méthodes pour échapper aux mesures de détection et de prévention (Featurespace).

Avantages des outils avancés de surveillance des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Les outils avancés de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent offrent plusieurs avantages pour la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces outils utilisent des technologies d’IA et d’apprentissage automatique pour analyser les données de transaction avec plus de rapidité et de précision, ce qui permet une détection plus robuste des activités suspectes. Voici quelques-uns des principaux avantages :

  • Capacités de détection améliorées : Les outils de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent alimentés par l’IA peuvent identifier des modèles et des anomalies complexes qui peuvent indiquer un blanchiment d’argent potentiel ou d’autres crimes financiers. En analysant de grandes quantités de données, ces outils peuvent détecter des activités suspectes qui, autrement, pourraient passer inaperçues.

  • Efficacité et économies de coûts : L’automatisation fournie par les outils avancés de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent réduit le besoin d’examens manuels, ce qui se traduit par une efficacité accrue et des économies de coûts importantes pour les institutions financières. En tirant parti de l’IA et de l’apprentissage automatique, ces outils peuvent traiter plus rapidement de gros volumes de transactions, ce qui permet aux équipes de conformité de se concentrer sur l’investigation des menaces réelles.

  • Adaptatif et réactif : Les outils de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent alimentés par l’IA peuvent s’adapter à de nouveaux types de criminalité financière et aux techniques émergentes de blanchiment d’argent. En apprenant continuellement à partir de nouvelles données, ces outils peuvent évoluer et garder une longueur d’avance sur l’évolution des tactiques criminelles, améliorant ainsi l’efficacité globale des rapports de lutte contre le blanchiment d’argent.

  • Conformité réglementaire : L’utilisation d’outils avancés de surveillance des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent aide les institutions financières à respecter leurs obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et à se conformer plus efficacement aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent . Ces outils fournissent les capacités nécessaires pour surveiller les transactions, identifier les activités suspectes et générer des rapports précis pour les autorités réglementaires.

En adoptant l’IA et la technologie d’apprentissage automatique, les institutions financières peuvent améliorer considérablement l’efficacité et la précision de leurs processus de déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces technologies améliorent non seulement les capacités de détection, mais permettent également aux institutions de réagir plus rapidement et plus efficacement aux menaces potentielles, en préservant l’intégrité du système financier et en maintenant la conformité réglementaire.

Étude de cas : les plateformes de déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent de la FINRA

En ce qui concerne la déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent, la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA) propose une gamme de plateformes et de services pour faciliter les activités de conformité, de gestion des données et de résolution des litiges. Examinons de plus près ces plateformes :

Passerelle FINRA pour les professionnels de la conformité

Le portail de la FINRA permet aux professionnels de la conformité travaillant dans les cabinets membres d’y accéder. Il sert de plaque tournante centrale pour diverses tâches liées à la lutte contre le blanchiment d’argent, notamment l’accès aux dépôts et aux demandes, l’exécution de rapports et la soumission de tickets d’assistance. Les professionnels de la conformité peuvent tirer parti de cette plateforme pour gérer efficacement leurs obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et se tenir au courant des exigences réglementaires (FINRA).

Plate-forme de données FINRA pour un usage non commercial

La plate-forme de données de la FINRA est conçue pour un usage non commercial, permettant aux utilisateurs d’accéder aux données et de les utiliser dans un environnement sécurisé. Cette plate-forme permet aux utilisateurs d’enregistrer des vues de données, de créer et de gérer une liste de surveillance des obligations et d’obtenir des informations à partir des ensembles de données disponibles. Il s’agit d’une ressource précieuse à des fins de recherche, d’analyse et de conformité, contribuant ainsi à l’efficacité de la déclaration des transactions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (FINRA).

Service FinPro pour les professionnels de l’industrie

Le service FinPro s’adresse aux professionnels de l’industrie, tels que les représentants inscrits, qui ont des exigences de conformité spécifiques. Grâce au service FinPro, les professionnels de l’industrie peuvent accéder aux dossiers de leur dépositaire central d’enregistrement (CRD), répondre aux exigences de formation continue et effectuer d’autres tâches de conformité. Cette plateforme rationalise le processus de conformité, permettant aux professionnels du secteur de répondre efficacement à leurs obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (FINRA).

Portail de reprise après sinistre pour les participants au règlement des différends

Le portail DR est conçu pour les participants impliqués dans des affaires d’arbitrage et de médiation, ainsi que pour les personnes neutres de la FINRA. Cette plateforme permet à ces personnes de consulter les informations sur les dossiers, de soumettre des documents et de s’engager dans des communications liées au règlement des différends. Le portail de la reprise après sinistre sert de plateforme centralisée pour la gestion et l’accès à l’information relative aux dossiers, ce qui améliore l’efficacité et la transparence du processus de règlement des différends.

Les plateformes de déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent de la FINRA s’adressent à différentes parties prenantes, notamment les professionnels de la conformité, les utilisateurs non commerciaux, les professionnels du secteur et les participants au règlement des différends. Ces plateformes fournissent les outils et les ressources nécessaires pour remplir les obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, gérer efficacement les données et assurer la conformité aux exigences réglementaires. En tirant parti de ces plateformes, les professionnels impliqués dans la déclaration des transactions de lutte contre le blanchiment d’argent peuvent naviguer plus efficacement dans le paysage réglementaire et contribuer à l’intégrité globale du système financier.