fbpx

Favoriser la réussite : Naviguer dans le cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 27, 2024
1709053285015X421424501054932030 Feature

Comprendre les obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, les organisations sont tenues de respecter leurs obligations en matière de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces obligations impliquent la mise en œuvre de programmes complets de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le respect des normes internationales et le respect des cadres réglementaires.

Aperçu des programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Les programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent sont un ensemble de règles et de procédures conçues pour prévenir et détecter les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Les institutions financières du monde entier, y compris les banques et autres entités réglementées, doivent mettre en place de solides programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin de préserver l’intégrité du système financier. Les principaux actes législatifs régissant les programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent comprennent la loi sur le secret bancaire aux États-Unis et les quatrième et cinquième directives sur la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’Union européenne (Flagright).

Ces programmes mettent l’accent sur la détection et le signalement des activités suspectes en mettant en œuvre des systèmes de détection internes efficaces, en effectuant des évaluations des risques des clients et en favorisant une culture de conformité à tous les niveaux de l’organisation. Ils comprennent également des audits indépendants, des politiques et des procédures complètes et une surveillance continue pour assurer la conformité aux exigences réglementaires.

Cadre de lutte contre le blanchiment d’argent de la Banque du Canada

La Banque du Canada a établi un cadre de contrôle de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes . Ce cadre reflète l’engagement de la Banque à maintenir l’intégrité et à protéger le système financier (Banque du Canada). Il s’agit du programme de lutte contre le blanchiment d’argent et le programme de lutte contre le financement des activités terroristes de l’organisation.

Le cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes de la Banque du Canada s’harmonise avec les normes et règlements internationaux afin de veiller à ce que l’organisation joue un rôle important dans la protection de l’intégrité du système financier et la prévention des activités illégales. En adhérant à ce cadre, les institutions financières contribuent à l’effort collectif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Normes internationales pour la déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent

Des normes internationales ont été établies pour guider la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent et assurer la cohérence dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme à l’échelle mondiale. Les organisations et les organismes de réglementation adhèrent à ces normes afin de créer une approche unifiée de la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent.

Les principales normes internationales en matière de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent comprennent des lignes directrices et des recommandations d’organisations telles que le Groupe d’action financière (GAFI), un organisme intergouvernemental qui établit des normes et promeut la mise en œuvre efficace de mesures juridiques, réglementaires et opérationnelles pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ces normes fournissent un cadre complet pour la déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent, couvrant des domaines tels que la diligence raisonnable à l’égard de la clientèle, la déclaration des opérations douteuses et le partage d’informations entre les institutions financières.

En respectant les normes internationales en matière de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent, les organisations démontrent leur engagement à lutter contre la criminalité financière et contribuent à l’effort collectif visant à préserver l’intégrité du système financier mondial.

Comprendre les obligations et les exigences du cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent est essentiel pour les professionnels qui travaillent dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques, de la lutte contre le blanchiment d’argent et de la criminalité financière. En se tenant informées et en mettant en œuvre des programmes efficaces de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, les organisations peuvent jouer un rôle essentiel dans la détection et la dissuasion des crimes financiers, la protection du système financier et l’optimisation de l’efficacité grâce à la modernisation.

Éléments clés du cadre de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

Lorsqu’il s’agit de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, il est essentiel de disposer d’un cadre efficace de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Ce cadre se compose de plusieurs éléments clés qui travaillent ensemble pour assurer la conformité aux exigences réglementaires et atténuer les risques de criminalité financière. Explorons ces composants plus en détail.

Évaluation des risques et contrôles internes

L’évaluation des risques et les contrôles internes sont des éléments fondamentaux d’un cadre de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Les institutions financières du monde entier sont tenues d’élaborer et de mettre en œuvre des programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin de prévenir et de détecter les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Ces programmes comprennent la réalisation d’évaluations des risques afin de cerner et d’évaluer les risques potentiels associés aux clients et aux transactions.

Grâce à l’évaluation des risques, les organisations peuvent évaluer la probabilité et l’impact des risques de blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes. Ces informations aident ensuite à mettre en œuvre des contrôles internes appropriés pour atténuer efficacement ces risques. Les contrôles internes peuvent inclure des politiques, des procédures et des systèmes qui améliorent la diligence raisonnable, l’identification des clients et les processus de surveillance des transactions.

Responsables de la conformité désignés

La désignation de responsables de la conformité est cruciale pour la mise en œuvre réussie d’un cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces personnes sont chargées de superviser et de coordonner les efforts de conformité de l’organisation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Les responsables de la conformité veillent à ce que les politiques, procédures et contrôles nécessaires soient en place pour détecter et signaler les activités suspectes.

Les responsables de la conformité servent également de point de contact pour les organismes de réglementation et les organismes d’application de la loi, ce qui facilite une communication et une coopération efficaces. Ils se tiennent au courant de l’évolution de la réglementation et des meilleures pratiques de l’industrie, ce qui permet de s’assurer que le programme de lutte contre le blanchiment d’argent de l’organisation reste à jour et robuste.

Programmes de formation et surveillance continue

Les programmes de formation et la surveillance continue sont des éléments essentiels d’un cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. Les programmes de formation éduquent les employés sur leurs rôles et responsabilités en matière de détection et de signalement des activités suspectes. Ces programmes couvrent des sujets tels que la diligence raisonnable à l’égard de la clientèle, la surveillance des transactions et la reconnaissance des signaux d’alarme du blanchiment d’argent et du financement des activités terroristes.

La surveillance continue comprend l’examen et l’évaluation réguliers des comptes et des transactions des clients afin de déceler toute tendance inhabituelle ou suspecte. En mettant en œuvre des systèmes de surveillance efficaces, les organisations peuvent rapidement détecter et enquêter sur les activités potentiellement illicites. Des formations et un suivi réguliers contribuent à maintenir une culture de conformité au sein de l’organisation.

En intégrant ces éléments clés dans un cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent, les organisations peuvent renforcer leur capacité à détecter et à signaler les activités suspectes, à atténuer les risques de criminalité financière et à protéger l’intégrité du système financier.

Pour en savoir plus sur les obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et pour explorer les logiciels et outils de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, consultez notre page Obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent .

Tirer parti de la technologie dans la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent

Afin d’améliorer l’efficacité du cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent (AML), il est essentiel de tirer parti de la technologie. En intégrant la technologie et l’analyse des données, les professionnels de la conformité peuvent améliorer leur capacité à détecter et à prévenir les crimes financiers. Dans cette section, nous explorerons trois domaines clés dans lesquels la technologie joue un rôle important dans la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent : l’amélioration de la conformité et de l’évaluation des risques, l’analyse avancée et l’apprentissage automatique, et la collaboration entre les parties prenantes.

Amélioration de la conformité et de l’évaluation des risques

La technologie a révolutionné la façon dont la conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent est menée en fournissant des outils et des systèmes qui simplifient les obligations de déclaration. Les logiciels et systèmes de reporting AML permettent aux institutions financières d’automatiser les processus de collecte, d’analyse et de reporting des données. Ces outils permettent d’identifier les transactions suspectes, de surveiller le comportement des clients et d’assurer la conformité aux exigences réglementaires.

En mettant en œuvre un logiciel robuste de reporting de lutte contre le blanchiment d’argent, les institutions financières peuvent améliorer leurs capacités d’évaluation des risques. Ces systèmes permettent l’intégration de diverses sources de données, notamment des données transactionnelles, des informations sur les clients et des flux de données externes. Cette intégration fournit une vue complète de l’activité des clients et aide à identifier les signaux d’alarme potentiels pour le blanchiment d’argent et d’autres activités illicites.

Analytique avancée et apprentissage automatique

L’utilisation d’algorithmes d’analyse avancée et d’apprentissage automatique prend de plus en plus d’importance dans les rapports de lutte contre le blanchiment d’argent. Ces technologies permettent aux institutions financières d’analyser rapidement et avec précision de grands volumes de données, en identifiant les modèles et les anomalies que les analystes humains peuvent négliger. En tirant parti de ces technologies, les institutions peuvent améliorer leur capacité à détecter les activités suspectes et les risques potentiels de blanchiment d’argent.

Les algorithmes d’apprentissage automatique peuvent être entraînés à reconnaître des modèles de comportement normal et anormal en fonction de données historiques. Cela permet aux institutions financières d’établir des modèles sophistiqués pour détecter et identifier les activités potentielles de blanchiment d’argent. En apprenant en permanence et en s’adaptant aux nouvelles tendances, les algorithmes d’apprentissage automatique s’améliorent au fil du temps, ce qui améliore l’efficacité des rapports de lutte contre le blanchiment d’argent.

Collaboration entre les parties prenantes

Une collaboration efficace entre les parties prenantes est un élément essentiel du cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. La technologie joue un rôle essentiel pour faciliter cette collaboration en permettant le partage d’informations et la communication sécurisées entre les institutions financières, les organismes de réglementation, les organismes d’application de la loi et les organisations de renseignement.

Grâce à des plateformes sécurisées et à des systèmes de partage d’informations, les parties prenantes peuvent échanger des données et des renseignements pertinents afin de renforcer leurs efforts collectifs dans la lutte contre le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers. En partageant des idées et en collaborant aux enquêtes, les parties prenantes peuvent identifier et traiter plus efficacement les risques émergents.

L’intégration de la technologie, de l’analytique avancée et des plateformes de collaboration renforce le cadre global de signalement de la lutte contre le blanchiment d’argent, améliorant ainsi la détection et la prévention des crimes financiers. Cependant, il est important de s’assurer que ces technologies sont mises en œuvre conformément aux réglementations et procédures de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent pertinentes afin de protéger la vie privée et l’intégrité des données.

En tirant parti de la technologie dans les rapports de lutte contre le blanchiment d’argent, les institutions financières peuvent améliorer leurs capacités de conformité et d’évaluation des risques, exploiter la puissance de l’analyse avancée et de l’apprentissage automatique, et promouvoir une collaboration efficace entre les parties prenantes. Ces avancées technologiques contribuent à un cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent plus robuste et plus efficace, ce qui, en fin de compte, contribue à préserver l’intégrité du système financier et à le protéger contre les activités illicites.

Avantages et importance de la déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent

Le signalement de la lutte contre le blanchiment d’argent joue un rôle crucial dans la lutte contre la criminalité financière et la sauvegarde de l’intégrité du système financier. En se conformant à des obligations de déclaration rigoureuses, les institutions financières peuvent contribuer à la détection et à la dissuasion des activités illicites, garantissant ainsi un environnement financier plus sûr et plus transparent. Explorons les principaux avantages et l’importance de la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent.

Détecter et dissuader les crimes financiers

L’un des principaux avantages de la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent est son rôle dans la détection et la dissuasion des crimes financiers. Les institutions financières sont tenues de mettre en œuvre des programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (LBA) afin de prévenir et de détecter les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme (Flagright). Grâce à un signalement efficace de la lutte contre le blanchiment d’argent, les transactions et les activités suspectes peuvent être identifiées, signalées et faire l’objet d’enquêtes, ce qui contribue à perturber les flux financiers illicites et à perturber les réseaux criminels.

En analysant les données et les tendances des transactions, les institutions financières peuvent identifier les activités inhabituelles ou suspectes qui peuvent indiquer du blanchiment d’argent ou d’autres pratiques illégales. Le signalement en temps opportun de ces activités aux autorités compétentes permet aux organismes chargés de l’application de la loi de prendre les mesures appropriées, ce qui permet de prévenir d’autres activités illicites et de poursuivre les criminels éventuellement.

Sauvegarde du système financier

La déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent joue un rôle essentiel dans la préservation de l’intégrité du système financier. Les crimes financiers, y compris le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, sont susceptibles de miner la stabilité et la crédibilité des institutions financières et de l’économie dans son ensemble. La déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent permet d’identifier et d’atténuer les risques associés à ces activités illicites, protégeant ainsi le système financier contre les abus.

Grâce à des évaluations exhaustives des risques, à des contrôles internes et à une surveillance continue, les institutions financières peuvent identifier les vulnérabilités et les zones de risque potentiel. La déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent garantit que les transactions suspectes sont signalées et font l’objet d’une enquête appropriée, ce qui réduit les risques que des fonds illicites entrent dans le système financier. En protégeant le système financier, la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent contribue à maintenir la confiance dans les institutions financières et dans l’économie en général.

Maximiser l’efficacité grâce à la modernisation

À mesure que le paysage financier évolue, il est crucial de maximiser l’efficacité de la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent grâce à la modernisation. En adoptant des technologies innovantes et des analyses avancées, les institutions financières peuvent améliorer leurs programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et leurs capacités de reporting.

L’analytique avancée et l’apprentissage automatique peuvent aider à analyser de grandes quantités de données financières, ce qui permet d’identifier les modèles et les anomalies qui peuvent indiquer le blanchiment d’argent ou d’autres activités illicites. En tirant parti de la technologie, les institutions financières peuvent améliorer l’efficacité et la précision des rapports de lutte contre le blanchiment d’argent, ce qui permet une détection et un signalement plus efficaces des activités suspectes.

En outre, la collaboration entre les parties prenantes, y compris les organismes de réglementation, les organismes d’application de la loi et les institutions financières, est essentielle pour que les rapports de lutte contre le blanchiment d’argent soient efficaces. En partageant l’information et en coordonnant les efforts, les parties prenantes peuvent améliorer leur capacité à détecter et à dissuader les crimes financiers, créant ainsi un cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent plus robuste et interconnecté.

En conclusion, la déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent joue un rôle essentiel dans la détection et la dissuasion des crimes financiers, la protection du système financier et l’optimisation de l’efficacité grâce à la modernisation. Les institutions financières doivent donner la priorité à leurs obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent afin de lutter efficacement contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et d’autres activités illicites. En respectant les exigences réglementaires et en tirant parti des technologies innovantes, les institutions financières peuvent contribuer à un environnement financier plus sûr et plus résilient.

Défis et points à améliorer

Bien que le cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent joue un rôle essentiel dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, il existe plusieurs défis et domaines à améliorer. Il s’agit notamment des lacunes législatives et réglementaires, des niveaux d’échange d’information et d’enquête, ainsi que de la transparence de la propriété effective.

Lacunes législatives et réglementaires

L’un des principaux défis du cadre de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent est la présence de lacunes législatives et réglementaires. Ces lacunes peuvent créer des vulnérabilités qui peuvent être exploitées par des criminels. Par exemple, certains secteurs ou professions peuvent ne pas être couverts de manière adéquate par la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, comme la profession juridique. Il est essentiel de combler ces lacunes pour s’assurer que toutes les entités et personnes impliquées dans des transactions financières sont soumises à des obligations de déclaration appropriées en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Partage de l’information et niveaux d’enquête

Un partage efficace de l’information et une collaboration entre les parties prenantes sont essentiels à la réussite du cadre de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent. Cependant, le partage d’informations entre les institutions financières, les organismes de réglementation, les organismes d’application de la loi et les agences de renseignement présente souvent des difficultés. L’amélioration de la circulation de l’information et le renforcement de la coopération peuvent conduire à une détection et à une enquête plus efficaces sur les activités suspectes. Cela peut aider à identifier et à prévenir plus efficacement les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

En outre, le faible niveau d’enquêtes et de poursuites en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme peut entraver l’efficacité globale du cadre de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’allocation de ressources adéquates et le renforcement de la capacité d’enquête des autorités compétentes peuvent améliorer l’application de la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et avoir un effet dissuasif sur les criminels financiers.

Transparence de la propriété effective

La propriété effective fait référence aux personnes qui, en fin de compte, possèdent ou contrôlent une entité juridique ou un actif. Le manque de transparence en matière de propriété effective est un défi important dans le cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent. Il peut être exploité par des criminels pour dissimuler leur identité et blanchir des fonds illicites. L’amélioration de la transparence des bénéficiaires effectifs est cruciale pour une déclaration efficace de la lutte contre le blanchiment d’argent et peut aider à identifier et à prévenir les activités de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

En s’attaquant à ces défis et aux domaines à améliorer, le cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent peut devenir plus robuste et plus efficace pour détecter et dissuader les crimes financiers. Il est essentiel que les organismes de réglementation, les décideurs politiques et les parties prenantes de l’industrie travaillent ensemble pour combler les lacunes législatives, améliorer le partage de l’information et les niveaux d’enquête, et renforcer la transparence de la propriété effective. La modernisation du cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent, l’exploitation de la technologie et l’adoption d’analyses avancées et de l’apprentissage automatique peuvent également contribuer à maximiser l’efficacité des efforts de déclaration de lutte contre le blanchiment d’argent.

Pour plus d’informations sur le cadre de déclaration de la lutte contre le blanchiment d’argent, vous pouvez consulter nos articles sur les obligations de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, les rapports réglementaires sur la lutte contre le blanchiment d’argent et les procédures de déclaration en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Stratégie du Canada en matière de régime de LRPC/FAT

Afin de lutter efficacement contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes, le gouvernement du Canada a élaboré une stratégie globale pour la période 2023-2026. Cette stratégie englobe diverses actions et thèmes prioritaires visant à renforcer le régime de lutte contre le blanchiment de capitaux (LBC) et le financement du terrorisme (ATF).

Stratégie gouvernementale 2023-2026

La stratégie du gouvernement du Canada s’articule autour de quatre thèmes clés visant à accroître l’efficacité du régime de LRPC/FAT (Canada.ca) :

  • Augmentation de l’efficacité opérationnelle : Ce thème vise à améliorer l’efficience opérationnelle et l’efficacité du régime de LRPC/FAT. Il comprend des initiatives visant à améliorer le cadre de déclaration, à rationaliser les processus et à tirer parti de la technologie pour lutter plus efficacement contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes.
  • Combler les lacunes législatives et réglementaires : Pour renforcer le régime, la stratégie vise à combler les lacunes de la législation et de la réglementation. Il s’agit d’élargir la portée de la profession juridique, d’améliorer la transparence des bénéficiaires effectifs et de combler les lacunes réglementaires.
  • Amélioration de la gouvernance et de la coordination du régime : Ce thème met l’accent sur la nécessité d’améliorer la gouvernance et la coordination au sein du régime de LRPC/FAT. Il vise à renforcer la collaboration entre les principales parties prenantes, telles que les organismes d’application de la loi, les institutions financières et les organismes de réglementation, afin d’assurer une mise en œuvre efficace des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes.
  • Contribuer aux efforts de la communauté internationale : Reconnaissant la nature mondiale du blanchiment d’argent et du financement des activités terroristes, ce thème met l’accent sur l’engagement du Canada à l’égard de la coopération internationale. La stratégie vise à harmoniser les efforts du Canada avec les normes internationales et à collaborer avec d’autres pays pour lutter contre ces activités illicites à l’échelle mondiale.

Actions et thèmes prioritaires

Dans le cadre de la stratégie 2023-2026, des actions prioritaires spécifiques ont été identifiées pour atteindre les objectifs globaux. Ces mesures comprennent des mesures visant à améliorer l’échange d’informations, à améliorer les niveaux d’enquête et à promouvoir la transparence des bénéficiaires effectifs. En s’attaquant à ces domaines prioritaires, le Canada vise à renforcer son régime de LRPC/FAT et à lutter efficacement contre les crimes financiers (Canada.ca).

Évaluation nationale des risques inhérents (ÉNI)

L’évaluation nationale des risques inhérents (NIRA) joue un rôle crucial dans le régime de LBC/FAT. Il s’agit d’un outil essentiel pour comprendre les tendances et les méthodes actuelles liées au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. L’INRA évalue les risques inhérents auxquels sont confrontés des secteurs et des produits particuliers au Canada, fournissant des renseignements précieux pour les réponses stratégiques et la gestion des risques de l’industrie (Canada.ca).

L’INRA 2023 révèle que les principaux risques de blanchiment d’argent au Canada proviennent du trafic de drogues illicites, de la fraude (en particulier la fraude par marketing de masse) et du blanchiment d’argent par des tiers. Ces constatations éclairent l’élaboration de politiques ciblées et fournissent des renseignements essentiels sur les risques aux intervenants de l’industrie. En tirant parti des connaissances de l’IRA, le Canada peut adopter des mesures proactives pour lutter plus efficacement contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes.

Le régime canadien de LRPC/FAT est en constante évolution pour faire face aux risques et aux défis émergents. L’approche stratégique du gouvernement, qui couvre la période 2023-2026, met l’accent sur l’engagement à lutter contre la criminalité financière et à protéger l’intégrité du système financier. Grâce à des efforts de collaboration, à des solutions novatrices et à un cadre complet d’évaluation des risques, le Canada vise à demeurer à l’avant-garde des efforts mondiaux en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.