fbpx

Assurer le succès : rationaliser les procédures de CDD pour l’atténuation des risques

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 26, 2024
1708968239042X194184797585508900 Feature

Comprendre le Customer Due Diligence (CDD)

Dans le domaine de la conformité à la lutte contre le blanchiment d’argent (AML), la mise en œuvre de procédures robustes de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD) est essentielle pour les organisations. Le CDD implique le processus de collecte et de vérification des informations sur les clients afin d’évaluer le niveau de risque qu’ils présentent en termes de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme. En procédant à une CDD approfondie, les entreprises peuvent atténuer les risques potentiels, se conformer aux exigences réglementaires et protéger leurs opérations.

L’importance des procédures CDD

On ne saurait trop insister sur l’importance des procédures de CDD, d’autant plus que la réglementation devient de plus en plus stricte et que les entreprises doivent démontrer l’efficacité de leurs programmes de conformité en matière de criminalité financière . Le CDD est un outil essentiel pour prévenir les crimes financiers tels que le blanchiment d’argent, la fraude et le financement du terrorisme. Grâce au CDD, les organisations acquièrent une meilleure compréhension de leurs clients, de leur comportement financier et du risque qu’ils peuvent représenter.

En effectuant une diligence raisonnable approfondie, les entreprises peuvent identifier et vérifier l’identité de leurs clients, en s’assurant qu’ils ne se livrent pas à des activités illicites. Cela contribue à maintenir l’intégrité du système financier et à se protéger contre les atteintes à la réputation.

CDD dans les institutions financières

Les institutions financières, en particulier, jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre des procédures CDD. Dans le cadre du processus plus large de connaissance du client (KYC), les institutions financières sont tenues d’établir et de maintenir un cadre de CDD solide. Ces institutions sont tenues de recueillir des renseignements identificatoires auprès des clients, de vérifier leur identité et d’évaluer le niveau de risque criminel qu’ils peuvent présenter.

Le CDD dans les institutions financières implique la collecte d’informations telles que le nom, l’adresse, les détails de l’entreprise et l’utilisation prévue de son compte. Ces informations sont ensuite vérifiées à l’aide de documents officiels tels que des passeports, des permis de conduire, des factures de services publics ou des documents de constitution. L’objectif est de s’assurer que l’identité du client est légitime et que ses activités financières sont conformes aux normes légales et éthiques.

En adhérant à la réglementation CDD, les institutions financières peuvent détecter et prévenir les activités financières illicites, se conformer aux lois anti-blanchiment d’argent et se protéger contre les risques juridiques et de réputation potentiels. La mise en œuvre d’un processus de CDD robuste est cruciale pour que ces institutions maintiennent l’intégrité du système financier et contribuent aux efforts mondiaux de lutte contre la criminalité financière.

Pour mettre en œuvre efficacement les procédures de CDD, les institutions financières doivent établir des politiques claires en matière de CDD et des lignes directrices en matière de CDD qui s’alignent sur les exigences réglementaires. Ils devraient également offrir une formation sur le CDD à leurs employés afin d’assurer une compréhension et une application cohérentes des principes du CDD.

Dans les sections suivantes, nous approfondirons les éléments clés des procédures CDD, notamment la collecte et la vérification des informations sur les clients, la surveillance continue et l’évaluation des risques. Restez à l’écoute pour obtenir une compréhension complète de la façon de rationaliser les processus CDD pour une atténuation efficace des risques.

Éléments clés des procédures de CDD

Les procédures de vigilance à l’égard de la clientèle (CDD) sont un élément essentiel de la conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent pour les institutions financières. En recueillant et en vérifiant les renseignements sur les clients, ainsi qu’en effectuant une surveillance et une évaluation continues des risques, les institutions peuvent atténuer efficacement les risques associés au blanchiment d’argent et au financement des activités terroristes. Explorons plus en détail les éléments clés des procédures CDD.

Collecte et vérification des renseignements sur les clients

La première étape des procédures CDD est la collecte et la vérification des informations sur les clients. Les institutions financières sont tenues d’établir et de tenir à jour des procédures écrites adaptées à leur taille et au type de clients qu’elles servent (FFIEC). Ces procédures doivent permettre d’assurer une compréhension approfondie du profil du client, y compris ses activités commerciales, ses produits et services, ainsi que ses propres clients (FFIEC). L’objectif est de recueillir suffisamment d’informations pour évaluer avec précision le niveau de risque du client.

Au cours du processus de recouvrement, les institutions financières peuvent demander divers documents et détails, tels que des documents d’identité, un justificatif de domicile et des informations sur la source des fonds du client. La vérification de l’authenticité de ces documents est cruciale pour garantir l’exactitude des informations sur les clients. En mettant en œuvre des procédures de vérification robustes, les institutions peuvent réduire le risque d’usurpation d’identité, de fraude et d’autres activités illicites.

Pour un aperçu plus détaillé du processus de due diligence client, y compris les documents et informations spécifiques requis, vous pouvez vous référer à notre article sur la due diligence client.

Surveillance continue et évaluation des risques

La diligence raisonnable à l’égard de la clientèle n’est pas une tâche ponctuelle. Les institutions financières doivent mettre en place des procédures de surveillance continue et d’évaluation des risques de leurs clients. Cette surveillance continue permet aux institutions d’identifier et de signaler les transactions suspectes, ainsi que de maintenir et de mettre à jour les renseignements sur les clients, au besoin.

La surveillance continue implique l’analyse des transactions des clients, des activités du compte et de tout changement pertinent dans le profil du client. En surveillant ces facteurs, les institutions peuvent détecter des tendances ou des comportements inhabituels qui peuvent indiquer le blanchiment d’argent ou d’autres activités illicites. Des évaluations régulières des risques permettent aux institutions financières de réévaluer le niveau de risque du client et d’ajuster leurs efforts de surveillance en conséquence.

En plus de la surveillance des opérations, les institutions financières devraient également envisager des sources d’information externes, telles que les listes de surveillance et les bases de données gouvernementales, afin d’améliorer leurs processus d’évaluation des risques. Ces sources externes peuvent aider à identifier les personnes politiquement exposées (PPE) et les clients faisant l’objet de sanctions économiques.

Pour en savoir plus sur les exigences et les meilleures pratiques en matière de surveillance continue et d’évaluation des risques, vous pouvez consulter notre article sur les procédures CDD.

En mettant en œuvre des procédures de CDD robustes qui englobent la collecte et la vérification des renseignements sur les clients, ainsi que la surveillance continue et l’évaluation des risques, les institutions financières peuvent atténuer efficacement les risques associés au blanchiment d’argent et au financement des activités terroristes. Le respect de la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et la mise en place de processus de lutte contre le blanchiment d’argent adaptés sont essentiels au maintien de la sécurité et de la solidité du système financier.

Conformité à la réglementation sur la lutte contre le blanchiment d’argent

Pour lutter efficacement contre les crimes financiers et assurer la conformité réglementaire, les entreprises doivent mettre en œuvre des procédures robustes de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD). La CDD fait partie intégrante des efforts de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (LBA), visant à identifier et à atténuer les risques associés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. Explorons les exigences légales en matière de CDD et le rôle qu’elle joue dans la conformité à la lutte contre le blanchiment d’argent.

Exigences légales pour le CDD

Les institutions financières ont le mandat d’établir et de maintenir des procédures écrites de CDD adaptées à la taille et au type de clients de l’institution, dans le cadre de leur programme de conformité à la loi sur le secret bancaire et à la lutte contre le blanchiment d’argent (BSA/AML). Ces procédures doivent être conformes à la réglementation et aux directives applicables, tout en étant adaptées au profil de risque de l’établissement, à sa clientèle et aux produits et services offerts.

Les procédures de CDD doivent assurer une compréhension approfondie du profil du client, y compris ses activités commerciales, ses produits et services, et ses clients (FFIEC). Elles devraient également comprendre des procédures fondées sur les risques pour effectuer une surveillance continue afin de repérer et de signaler les opérations suspectes et, en fonction des risques, de maintenir et de mettre à jour les renseignements sur les clients. En adhérant à ces exigences légales, les institutions financières peuvent contribuer à assurer la conformité aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et contribuer à la sécurité et à la solidité globales du système financier (FFIEC).

Rôle du CDD dans la conformité à la lutte contre le blanchiment d’argent (AML)

Les procédures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle jouent un rôle essentiel en aidant les institutions financières à identifier et à atténuer le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et d’autres activités financières illicites (FFIEC). En procédant à une CDD approfondie, les institutions peuvent acquérir une compréhension claire du profil de leurs clients, de leur comportement financier et du niveau de risque qu’ils peuvent représenter. Ces connaissances leur permettent de prendre des décisions éclairées, de détecter les activités suspectes et de prendre les mesures appropriées pour prévenir les crimes financiers (ComplyAdvantage).

Les procédures CDD aident les institutions financières à gérer les risques liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. Ils veillent à ce que les institutions aient une compréhension complète de leurs clients, y compris de leur identité, de leurs activités commerciales et de leur comportement financier. En établissant l’identité des clients et en évaluant les niveaux de risque, les institutions financières peuvent identifier et traiter efficacement les activités criminelles potentielles et se conformer aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

En résumé, il est essentiel pour les institutions financières de se conformer à la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent par le biais de procédures de CDD robustes afin de prévenir les crimes financiers, de répondre aux exigences réglementaires et de préserver l’intégrité du système financier. En établissant des processus complets de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes, les institutions peuvent atténuer les risques potentiels associés au blanchiment d’argent et au financement des activités terroristes, ce qui garantit un environnement financier plus sûr et plus sûr.

Mise en œuvre de processus CDD efficaces

Afin d’assurer la conformité aux exigences en matière de CDD et d’atténuer les risques associés au blanchiment d’argent et à d’autres crimes financiers, les institutions financières et autres entités assujetties doivent mettre en œuvre des processus efficaces de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD). Il s’agit d’établir l’identité des clients et d’évaluer leur niveau de risque. Explorons ces deux étapes clés plus en détail.

Établir l’identité des clients

L’établissement de l’identité des clients est un aspect fondamental du CDD. Les institutions financières et les entités assujetties doivent recueillir des renseignements identificatoires auprès des clients afin de vérifier leur identité et d’évaluer le niveau de risque criminel qu’ils peuvent présenter. Ces informations comprennent généralement le nom, l’adresse, les coordonnées et les informations commerciales du client. Pour vérifier ces informations, des documents officiels tels que des permis de conduire, des passeports, des factures de services publics et des documents de constitution peuvent être utilisés (ComplyAdvantage).

Le processus d’établissement de l’identité des clients implique une documentation et une tenue de dossiers approfondis. Il est essentiel de tenir des registres précis et à jour des renseignements sur les clients afin de répondre aux exigences réglementaires et de faciliter la surveillance continue. Une solide documentation CDD aide les institutions à démontrer leur conformité et facilite la détection et la prévention des activités frauduleuses.

Évaluation des niveaux de risque pour les clients

L’évaluation du niveau de risque des clients est un autre aspect essentiel de l’efficacité des processus CDD. Dans le cadre d’une approche de la conformité fondée sur les risques, les entreprises mettent en œuvre différents niveaux de diligence raisonnable en fonction du risque évalué de chaque client. Cela permet d’allouer efficacement les ressources et de hiérarchiser les efforts.

Pour évaluer les niveaux de risque des clients, les institutions financières et les entités assujetties tiennent compte de plusieurs facteurs, notamment le profil du client, ses activités commerciales, ses emplacements géographiques et ses habitudes de transaction. En procédant à des évaluations approfondies des risques, les organisations peuvent identifier les signaux d’alarme potentiels et traiter rapidement toute activité suspecte. Cette approche fondée sur les risques permet une application plus ciblée et plus efficace des mesures de conformité.

Pour les clients à haut risque, tels que les personnes politiquement exposées (PPE) et les personnes soumises à des sanctions économiques, une diligence raisonnable renforcée (EDD) peut être nécessaire. L’EDD implique un examen et une surveillance supplémentaires afin d’atténuer les risques plus élevés associés à ces personnes. La mise en œuvre de lignes directrices et de politiques de CDD appropriées aide les organisations à établir des cadres d’évaluation des risques cohérents et à assurer la conformité aux exigences réglementaires.

En établissant l’identité des clients et en évaluant leur niveau de risque, les entreprises peuvent mettre en œuvre des processus de CDD efficaces qui s’alignent sur les attentes réglementaires et atténuent les risques de blanchiment d’argent et de crimes financiers. Il est essentiel pour les organisations de se tenir au courant de l’évolution des réglementations et des meilleures pratiques de l’industrie afin d’adapter leurs processus de CDD en conséquence. De plus, le fait d’offrir une formation sur le CDD aux employés impliqués dans le processus contribue à maintenir une solide culture de conformité dans l’ensemble de l’organisation.

Diligence raisonnable renforcée (EDD) pour les clients à haut risque

En ce qui concerne les procédures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD), la diligence raisonnable renforcée (EDD) joue un rôle crucial dans l’identification et l’atténuation des risques associés aux clients à haut risque. Ces clients, tels que les personnes politiquement exposées (PPE) et les personnes faisant l’objet de sanctions économiques, doivent faire l’objet d’un examen plus approfondi afin de s’assurer qu’elles sont conformes à la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de protéger les institutions financières contre d’éventuelles activités illicites.

Identification des personnes politiquement exposées (PPE)

Les personnes politiquement exposées (PPE) sont des personnes qui occupent des postes publics importants ou qui ont des liens étroits avec de telles personnes. Il peut s’agir de fonctionnaires, de politiciens de haut rang ou de dirigeants d’entreprises publiques. Les PPE sont considérées comme des clients à haut risque en raison de leur vulnérabilité potentielle à la corruption ou à leur implication dans des activités de blanchiment d’argent.

Pour identifier les PPE, les institutions financières devraient mettre en œuvre des processus de sélection rigoureux qui impliquent la recherche dans des bases de données internes et externes d’informations sur les personnes occupant ou occupant précédemment de tels postes. De plus, des services tiers peuvent être utilisés pour améliorer la précision et l’efficacité de l’identification de la PPE. La mise en œuvre de mesures efficaces d’identification de la PPE est cruciale pour assurer la conformité aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et atténuer les risques potentiels.

Traiter avec les clients sous le coup de sanctions économiques

Les clients qui font l’objet de sanctions économiques présentent des risques importants pour les institutions financières. Ces sanctions sont imposées par des organismes de réglementation ou des organismes gouvernementaux pour restreindre les transactions financières et les activités commerciales avec des personnes, des entités ou des pays impliqués dans des activités illégales ou interdites. Le non-respect de ces sanctions peut entraîner des sanctions sévères et une atteinte à la réputation des institutions financières.

Afin d’atténuer les risques associés aux clients faisant l’objet de sanctions économiques, les institutions financières doivent mettre en place des processus robustes pour identifier et surveiller les personnes ou entités sanctionnées. Cela implique de filtrer les informations des clients par rapport aux listes de sanctions émises par le gouvernement et de mettre en œuvre des mécanismes de surveillance continue pour assurer la conformité aux régimes de sanctions en constante évolution.

Les institutions financières devraient également envisager de tirer parti de solutions technologiques qui permettent des systèmes de surveillance et d’alerte en temps réel pour identifier rapidement toute violation ou modification des listes de sanctions. En mettant en œuvre des mesures rigoureuses et en se tenant au courant des dernières listes de sanctions, les institutions financières peuvent gérer efficacement les risques associés aux clients à haut risque.

En mettant en œuvre des procédures de diligence raisonnable renforcée (EDD) pour les clients à haut risque, les institutions financières peuvent renforcer leurs efforts de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et minimiser le risque d’activités illicites. L’identification des PPE et le traitement efficace des clients sous sanctions économiques sont des étapes cruciales pour préserver l’intégrité du système financier et protéger les institutions contre les risques réglementaires et de réputation.

Pour en savoir plus sur les procédures efficaces de CDD, vous pouvez consulter nos articles sur les exigences de CDD, la documentation CDD et les directives CDD.

Tenue de registres et conformité réglementaire

Lorsqu’il s’agit de procédures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD), il est d’une importance primordiale de tenir des registres précis et d’assurer la conformité réglementaire. Une tenue adéquate des dossiers permet non seulement de suivre les informations des clients, mais joue également un rôle crucial dans l’atténuation des risques et la conformité aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (AML).

Mise à jour de la documentation CDD

Les institutions financières et les autres entités réglementées sont généralement tenues de conserver des registres des renseignements recueillis au cours du processus de CDD pendant une période déterminée, généralement au moins cinq ans. Ces documents comprennent des copies de documents d’identité tels que des permis de conduire, des passeports, des certificats de naissance et des documents commerciaux (ComplyAdvantage). Les exigences précises en matière de tenue de registres peuvent varier en fonction de la juridiction et des réglementations spécifiques à l’industrie.

En conservant une documentation complète, les entreprises peuvent démontrer leur conformité aux exigences du CDD et faciliter les audits ou examens réglementaires. Une tenue rigoureuse des dossiers garantit que l’information est facilement accessible et peut être produite sur demande. Il est essentiel de mettre en place des systèmes et des processus qui stockent et organisent en toute sécurité la documentation CDD, en tenant compte des exigences en matière de confidentialité et de protection des données.

S’adapter aux exigences réglementaires

Les exigences réglementaires relatives au CDD sont susceptibles d’être modifiées, et les entreprises doivent rester vigilantes pour se tenir au courant de l’évolution de la réglementation. Les institutions financières, en particulier, sont censées établir et maintenir des procédures écrites de CDD dans le cadre de leur programme de conformité à la loi sur le secret bancaire et à la lutte contre le blanchiment d’argent (BSA/AML). Ces procédures doivent être adaptées à la taille de l’établissement, au type de client et au profil de risque.

Pour s’adapter aux exigences réglementaires, les entreprises doivent revoir régulièrement leur politique et leurs procédures en matière de CDD , en veillant à ce qu’elles soient conformes aux réglementations et aux directives applicables. Il est essentiel d’adapter les processus de CDD au profil de risque spécifique, à la clientèle et aux produits et services offerts par l’établissement (FFIEC). Cette évaluation continue permet de s’assurer que les procédures de CDD demeurent efficaces pour identifier et atténuer les risques de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme et d’autres activités financières illicites.

En plus de la conformité réglementaire, les entreprises devraient envisager de mettre en œuvre des programmes de formation CDD appropriés pour les employés impliqués dans le processus. Cela permet de s’assurer que les membres du personnel comprennent l’importance des procédures de CDD, qu’ils connaissent les exigences réglementaires et qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour mener à bien efficacement le CDD.

En tenant des registres exacts et en s’adaptant aux exigences réglementaires, les entreprises démontrent leur engagement à l’égard de procédures de CDD robustes et contribuent à la sécurité et à la solidité globales du système financier. La mise en œuvre efficace des pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent permet d’identifier et d’atténuer les risques potentiels, de protéger la réputation de l’institution et de se conformer à la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Leçons tirées des échecs en matière de conformité

L’examen d’exemples concrets de manquements à la conformité peut fournir des informations précieuses sur les conséquences de procédures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD) inadéquates. Le scandale du Credit Suisse est un cas d’école notable, qui rappelle l’importance de mettre en place des processus de CDD robustes.

Étude de cas : Scandale du Credit Suisse

Credit Suisse, une institution financière mondiale, a subi de graves répercussions en raison de ses procédures de CDD déficientes. La banque a favorisé des activités criminelles, telles que le trafic de drogue et les violations des droits de l’homme, en permettant l’ouverture de comptes sans pièce d’identité appropriée (entièrement vérifié). Ce scandale a entraîné une amende importante de plus d’un milliard de dollars en 2018 pour violation de la loi sur le secret bancaire et d’autres lois.

L’échec des procédures de CDD au Credit Suisse a permis à la banque de gérer les comptes des personnes politiquement exposées (PPE), des entités sanctionnées et d’autres clients à haut risque impliqués dans des activités illicites. Bien que la nature illicite des transactions soit connue de la banque, des comptes ont été détenus pour des personnes originaires de territoires sanctionnés comme l’Iran et la Syrie en raison de mesures de CDD déficientes.

Conséquences d’une procédure de CDD inadéquate

Les conséquences d’une procédure de CDD inadéquate peuvent être graves pour les institutions financières. Dans le cas de Credit Suisse, la banque a dû faire face à d’importantes pénalités financières et à une atteinte à sa réputation. Le scandale a mis en évidence la nécessité de mettre en place des processus rigoureux de diligence raisonnable afin d’atténuer les risques de blanchiment d’argent et d’empêcher la participation à des activités illicites.

À la suite de ces manquements à la conformité, le Credit Suisse s’est lancé dans un programme de remédiation à l’échelle de la banque afin d’améliorer ses procédures de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) et de connaissance du client (KYC). Il s’agissait d’améliorer la surveillance des transactions, d’assurer la conformité aux exigences réglementaires et de renforcer les mesures de CDD pour prévenir de futures violations.

Le scandale Credit Suisse rappelle brutalement aux institutions financières les répercussions d’une procédure de CDD inadéquate. Il souligne l’importance de mettre en œuvre des processus de CDD robustes, y compris l’identification approfondie des clients et une surveillance continue, afin d’atténuer le risque de participation à des activités illicites et d’assurer la conformité aux exigences réglementaires.

En tirant les leçons de ces échecs de conformité, les organisations peuvent améliorer leurs procédures CDD, renforcer leurs stratégies d’atténuation des risques et donner la priorité à l’intégrité de leurs opérations. Le CDD reste un élément essentiel de la conformité à la lutte contre le blanchiment d’argent, permettant aux institutions financières de se protéger et de protéger le système financier mondial contre les risques associés au blanchiment d’argent et à d’autres activités illicites.

Le CDD dans d’autres contextes

Bien que le terme « CDD » fasse principalement référence à la diligence raisonnable à la clientèle dans le domaine des institutions financières et de la conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, il convient de mentionner que le CDD peut également avoir d’autres significations dans différents contextes. Deux exemples notables sont les districts de développement communautaire (CDD) en Floride et les CDD liés à la planification et au financement des communautés.

Districts de développement communautaire (CDD) en Floride

Dans l’État de Floride, les districts de développement communautaire (CDD) sont des entités gouvernementales locales spécialisées qui sont créées pour fournir des infrastructures essentielles et des services publics aux nouvelles communautés (CFM CDD). Ces districts sont généralement établis pour financer et gérer le développement et l’entretien d’infrastructures telles que les routes, les systèmes d’aqueduc, les réseaux d’égouts et les installations récréatives au sein de la communauté.

Les CDD en Floride ont le pouvoir d’émettre des obligations exonérées d’impôt pour financer leurs projets et services d’infrastructure. Ces obligations sont remboursées au moyen d’évaluations imposées sur les propriétés situées dans le district. Les CDD jouent un rôle crucial dans la planification, le développement et l’entretien des collectivités, en veillant à ce qu’elles disposent de l’infrastructure et des services nécessaires pour soutenir leurs résidents.

CDD : Planification et financement pour les collectivités

Dans un contexte plus large de planification et de financement, les CDD peuvent faire référence aux mécanismes utilisés pour faciliter le développement et la gestion des communautés dans divers endroits. Ces CDD se concentrent sur les aspects de planification stratégique et de financement du développement communautaire, dans le but de créer des quartiers bien conçus et fonctionnels.

Les CDD impliqués dans la planification et le financement communautaires collaborent généralement avec les promoteurs, les gouvernements locaux et d’autres parties prenantes pour déterminer l’infrastructure et les services nécessaires à une communauté. Ils peuvent établir des mécanismes de financement, tels que des redevances d’impact ou des cotisations spéciales, pour financer l’aménagement et l’entretien d’installations et de services communautaires essentiels.

En mettant en œuvre des stratégies efficaces de planification et de financement, les CDD peuvent contribuer à créer des collectivités durables et dynamiques qui répondent aux besoins de leurs résidents.

Bien que le terme « CDD » puisse avoir des significations différentes selon le contexte, il est important de les différencier pour éviter toute confusion. Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et des institutions financières, le Customer Due Diligence (CDD) désigne le processus de vérification de l’identité des clients et d’évaluation des risques associés. Pour plus d’informations sur le CDD dans le secteur financier, vous pouvez vous référer à nos sections précédentes sur les procédures CDD et le CDD dans les institutions financières.