fbpx

Le guide définitif des recommandations du GAFI à l’intention des professionnels de la lutte contre le blanchiment d’argent

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 25, 2024
1708844585844X874522041131790500 Feature

Comprendre le GAFI

Dans la lutte mondiale contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et d’autres crimes financiers, le Groupe d’action financière (GAFI) joue un rôle important. Cet organisme intergouvernemental établit les normes internationales qui visent à prévenir ces activités illégales et les dommages qu’elles causent à la société.

Origine et rôle du GAFI

Le Groupe d’action financière (GAFI) a été créé en 1989 par le Groupe des Sept (G7) pour lutter contre le problème croissant du blanchiment d’argent. Au fil du temps, son mandat s’est élargi pour inclure la lutte contre le financement du terrorisme et le financement de la prolifération des armes de destruction massive.

Le rôle principal du GAFI est d’élaborer et de promouvoir la mise en œuvre de ses recommandations, qui sont reconnues comme la norme mondiale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et de la prolifération. Le GAFI a publié 40 recommandations en 2012, fournissant un cadre complet pour lutter contre ces menaces à l’intégrité du système financier international (GAFI).

Ces recommandations portent sur divers domaines, notamment la diligence raisonnable à l’égard de la clientèle, la tenue de registres et la déclaration des transactions douteuses. Tous les pays sont tenus de mettre en œuvre ces recommandations, qui sont complétées par des notes interprétatives fournissant des orientations sur leur compréhension et leur mise en œuvre (GAFI).

Dynamique des membres du GAFI

Le GAFI compte 39 membres, dont 37 juridictions membres et 2 organisations régionales. Les pays et organisations membres ont pris l’engagement politique de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en mettant en œuvre les recommandations du GAFI.

Un aspect clé du travail du GAFI consiste à surveiller ses membres pour s’assurer qu’ils mettent effectivement en œuvre les recommandations. Cela se fait par le biais d’un processus rigoureux d’évaluation par les pairs. Si de graves lacunes sont identifiées dans les mesures de LBC/FT d’un pays, le GAFI travaille avec le pays pour résoudre les problèmes. Dans des cas extrêmes, l’adhésion d’un pays peut être suspendue. Par exemple, un pays membre du GAFI dont l’adhésion n’a pas été révélée a été suspendue le 24 février 2023 (GAFI).

Il est essentiel que les professionnels de la lutte contre le blanchiment d’argent se tiennent au courant des dernières recommandations du GAFI et surveillent tout changement dans les pays membres du GAFI afin de s’assurer que leurs organisations restent conformes aux normes mondiales de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Les recommandations du GAFI de 2012

Comprendre les recommandations du GAFI est essentiel pour tous les professionnels travaillant dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques, de la lutte contre le blanchiment d’argent et de la criminalité financière. En 2012, le Groupe d’action financière (GAFI) a introduit un ensemble complet de normes internationales pour lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive. Ces normes sont collectivement connues sous le nom de Recommandations du GAFI.

Aperçu des recommandations

Les recommandations 2012 du GAFI se composent de 40 recommandations, portant sur des domaines tels que le devoir de vigilance à l’égard de la clientèle, la tenue de registres et la déclaration des transactions suspectes afin de renforcer les efforts mondiaux de lutte contre les crimes financiers et les activités illicites (GAFI). Ces recommandations sont complétées par des notes interprétatives qui fournissent des orientations sur leur mise en œuvre et leur compréhension, en veillant à ce que les pays soient clairs sur leurs obligations (GAFI).

Avec la révision de 2012, l’objectif des recommandations du GAFI s’est élargi au-delà des institutions financières pour inclure les entreprises et les professions non financières désignées. Cet élargissement de la portée reflète la reconnaissance du fait que les crimes financiers peuvent se produire dans divers secteurs, et pas seulement au sein des institutions financières.

L’approche fondée sur les risques du GAFI

L’un des aspects clés des recommandations du GAFI de 2012 est l’introduction d’une approche fondée sur les risques pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Cette approche exige des pays et des organisations qu’ils identifient, évaluent et comprennent leurs risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, et qu’ils utilisent les ressources en conséquence (GAFI).

L’approche fondée sur les risques permet aux pays, aux autorités compétentes et aux institutions financières d’appliquer des mesures préventives proportionnelles à leur niveau de risque. Cette approche est plus souple et plus efficace qu’une approche universelle, car elle permet d’allouer les ressources de la manière la plus efficace possible pour atténuer les risques les plus élevés.

Comprendre l’approche fondée sur les risques du GAFI est essentiel pour les professionnels de la lutte contre le blanchiment d’argent qui effectuent des évaluations des risques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, car elle permet d’éclairer les stratégies et les mesures qui doivent être mises en œuvre pour lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Les recommandations du GAFI de 2012 constituent un cadre complet et solide pour lutter contre la criminalité financière à l’échelle mondiale. En comprenant ces recommandations et l’approche fondée sur les risques, les professionnels de la lutte contre le blanchiment d’argent peuvent mieux naviguer dans le paysage complexe de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Principales mesures contenues dans les recommandations du GAFI

Les recommandations du Groupe d’action financière (GAFI) se composent de 40 recommandations qui énoncent les mesures que les pays devraient mettre en place pour lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et le financement de la prolifération des armes de destruction massive. Ces recommandations constituent la norme internationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux (LBC) et le financement du terrorisme (GAFI). Les principales mesures dont nous parlerons dans cette section comprennent la criminalisation du blanchiment d’argent, la mise en place d’unités de renseignement financier et la mise en œuvre de mesures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle.

Criminalisation du blanchiment d’argent

L’un des aspects cruciaux des « recommandations du GAFI » est la criminalisation du blanchiment d’argent. Les pays sont tenus d’établir des lois et des règlements qui font du blanchiment d’argent une infraction pénale. Ces lois devraient couvrir un large éventail de crimes et inclure tous les principaux types d’infractions, telles que le trafic de drogue, la traite des êtres humains, la corruption, la fraude et l’évasion fiscale. La criminalisation du blanchiment d’argent est une étape cruciale pour dissuader les activités illicites et faire en sorte que les criminels soient tenus responsables de leurs actes.

Mise en place de cellules de renseignement financier

La création de cellules de renseignement financier (CRF) est une autre mesure clé des recommandations du GAFI. Une CRF est un organisme national central chargé de recevoir, d’analyser et de diffuser des informations financières relatives à des soupçons de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme. Le rôle principal de la CRF est de soutenir les efforts nationaux et internationaux visant à lutter contre ces activités criminelles.

Les CRF jouent un rôle essentiel dans la détection et le signalement des activités suspectes. Ils travaillent en étroite collaboration avec les organismes d’application de la loi, les organismes de réglementation et les institutions financières, afin d’assurer une réponse coordonnée à la criminalité financière. Parmi les exemples de CRF, citons le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) aux États-Unis, et d’autres entités similaires font partie du Groupe Egmont, un réseau de CRF nationales.

Mise en œuvre de mesures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle

La vigilance à l’égard de la clientèle (CDD) est un processus par lequel les institutions financières évaluent le niveau de risque de leurs clients et surveillent leurs transactions afin de prévenir le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les recommandations du GAFI exigent des pays qu’ils mettent en œuvre des mesures robustes en matière de CDD, notamment en vérifiant l’identité des clients, en comprenant la nature de leurs activités et en surveillant leurs transactions pour détecter toute activité suspecte.

La mise en œuvre de mesures efficaces de CDD n’est pas seulement une exigence réglementaire, mais aussi une pratique exemplaire en matière de gestion des risques. Il aide les institutions financières à mieux comprendre leurs clients, à gérer leurs risques et à se conformer à leurs obligations légales. Pour une compréhension plus approfondie de ce processus, consultez notre guide sur l’évaluation des risques liés à la lutte contre le blanchiment d’argent.

Ces mesures clés constituent l’épine dorsale des recommandations du GAFI. Ils visent à renforcer la réponse mondiale à la criminalité financière et à assurer une approche coordonnée et efficace de la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.

Mesures renforcées dans les recommandations du GAFI

À l’avenir, explorons les mesures renforcées stipulées dans les recommandations du GAFI. Ces mesures comprennent la mise en œuvre de sanctions financières ciblées liées au financement du terrorisme et des dispositions visant à renforcer la transparence et la propriété effective.

Sanctions financières liées au financement du terrorisme

Les recommandations du GAFI appellent les pays à mettre en œuvre des sanctions financières ciblées liées au financement du terrorisme. Il s’agit d’un élément essentiel du cadre réglementaire mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, car il perturbe les canaux de financement utilisés par les organisations terroristes.

Ces sanctions peuvent inclure le gel des avoirs, l’interdiction d’effectuer des transactions et d’autres restrictions financières. La mise en œuvre de ces mesures nécessite une coopération et une coordination entre diverses entités nationales et internationales, notamment le Fonds monétaire international (FMI), le Groupe de la Banque mondiale et l’Office of Foreign Assets Control (OFAC).

Exigences en matière de transparence et de propriété effective

Une autre mesure clé des recommandations du GAFI est l’exigence d’une plus grande transparence en ce qui concerne la propriété effective des personnes morales et des arrangements. Cette mesure vise à prévenir l’utilisation abusive de sociétés, de fiducies et d’autres entités à des fins de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme ou d’autres activités illicites.

On attend des pays qu’ils établissent et tiennent à jour des registres complets d’informations sur les bénéficiaires effectifs, qui devraient être facilement accessibles aux autorités compétentes. Cela permet de retracer et d’enquêter efficacement sur les flux financiers illicites et contribue à dissuader les délinquants potentiels.

Les exigences relatives à la propriété effective s’appliquent également aux institutions financières et aux entreprises et professions non financières désignées. On s’attend à ce que ces entités fassent preuve d’une diligence raisonnable approfondie à l’égard de la clientèle, y compris l’identification et la vérification des renseignements sur la propriété effective.

Si l’on comprend les recommandations du GAFI, il est clair que ces mesures renforcées sont conçues pour renforcer la réponse mondiale au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. Ils renforcent l’importance de la vigilance, de la transparence et de la coopération entre les pays et les institutions pour faire face à ces menaces complexes et évolutives. Pour plus d’informations sur le sujet, consultez nos ressources sur l’évaluation des risques de lutte contre le blanchiment d’argent.

Processus d’évaluation du GAFI

Pour assurer la mise en œuvre efficace de ses recommandations, le Groupe d’action financière (GAFI) a recours à un processus d’évaluation exhaustif, le Processus d’évaluation mutuelle. Ce processus joue un rôle déterminant dans l’évaluation des mesures prises par les pays membres en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (FT).

Le processus d’évaluation mutuelle

Le processus d’évaluation mutuelle est une évaluation approfondie des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme d’un pays, y compris l’efficacité de leur mise en œuvre. Il s’agit d’une équipe d’experts qui effectue une visite sur place dans le pays à l’étude. Au cours de la visite, l’équipe passe en revue les lois et règlements pertinents du pays, ainsi que son cadre institutionnel, afin d’évaluer l’efficacité de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Ce processus est crucial pour maintenir l’intégrité des recommandations du GAFI et s’assurer que tous les pays membres déploient des efforts constants pour se conformer à ces normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Impact des rapports d’évaluation

À l’issue du processus d’évaluation mutuelle, le GAFI publie des rapports qui fournissent une analyse approfondie de la conformité d’un pays aux recommandations du GAFI (GAFI). Ces rapports mettent en évidence les domaines dans lesquels le pays excelle et identifient les domaines qui doivent être améliorés.

Les rapports comprennent également des recommandations spécifiques à l’intention du pays pour remédier à toute lacune identifiée et améliorer son régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. En tant que tels, ces rapports d’évaluation jouent un rôle essentiel dans l’élaboration des stratégies, des politiques et des pratiques d’un pays en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ils contribuent également à la lutte mondiale contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en encourageant l’amélioration continue et l’adaptation aux menaces émergentes.

Comprendre le processus d’évaluation du GAFI et l’impact de ses rapports est crucial pour les professionnels de la lutte contre le blanchiment d’argent, car cela fournit des informations précieuses sur les normes et pratiques mondiales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Il souligne également l’importance d’une évaluation continue des risques de lutte contre le blanchiment d’argent et la nécessité de mesures robustes et efficaces en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Pour plus d’informations sur d’autres organismes mondiaux de surveillance de la lutte contre le blanchiment d’argent, vous pouvez consulter nos articles sur le Fonds monétaire international (FMI), le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) et l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), entre autres.