fbpx

Diligence raisonnable renforcée : définition et meilleures pratiques pour les professionnels de la conformité

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 27, 2024
1708974418586X867831658320524500 Feature

Comprendre la diligence raisonnable renforcée

Pour prévenir efficacement les crimes financiers tels que le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, les professionnels travaillant dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques et de la lutte contre la criminalité financière doivent comprendre le concept et l’importance de la diligence raisonnable renforcée (EDD).

Définition et importance de l’EDD

La diligence raisonnable renforcée (EDD) est un processus complet d’évaluation des risques conçu pour recueillir et analyser des informations sur les clients ou les relations d’affaires à haut risque. Ce processus va au-delà des procédures de diligence raisonnable standard, offrant un niveau d’examen plus approfondi.

L’EDD implique généralement la vérification de l’identité des clients ou des clients potentiels, l’évaluation de leur niveau de risque, l’examen minutieux de leurs habitudes de transaction et l’analyse de leur source de fonds. Il joue un rôle déterminant dans l’identification des personnes politiquement exposées (PPE) et des personnes présentant des profils à haut risque, contribuant ainsi à atténuer les risques de criminalité financière.

Essentiellement, l’EDD est un élément essentiel d’une approche fondée sur les risques en matière d’EDD et fait partie intégrante des règlements et des exigences de l’EDD. Il garantit le respect des réglementations mondiales et locales, protège les entreprises contre les dommages financiers et de réputation, et contribue à la lutte mondiale contre la criminalité financière.

Différence entre EDD et CDD

L’Enhanced Due Diligence (EDD) et la Customer Due Diligence (CDD) sont toutes deux des composantes essentielles du processus Know Your Customer (KYC). Cependant, il existe une différence significative dans leur champ d’application. Alors que le CDD est un processus standard appliqué à tous les clients, l’EDD entre en jeu spécifiquement pour les clients à haut risque nécessitant un examen plus approfondi.

Le processus KYC implique la vérification de l’identité du client et la surveillance continue, qui sont des éléments essentiels du CDD et de l’EDD. Cependant, EDD va plus loin en proposant une approche plus détaillée fondée sur les risques qui comprend des mesures supplémentaires pour examiner et surveiller les clients à haut risque. Cet examen supplémentaire permet de détecter les activités potentielles de blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers.

Dans le contexte d’une approche de l’EDD basée sur les risques, cette différenciation est cruciale. Il veille à ce que les ressources soient allouées de manière appropriée, en concentrant l’examen le plus intensif sur les clients les plus à risque. Cela permet non seulement d’améliorer l’efficacité, mais aussi d’accroître l’efficacité des efforts de lutte contre le blanchiment d’argent et la criminalité financière.

Comprendre la distinction entre EDD et CDD est essentiel pour les professionnels de la conformité. Il leur permet de mieux naviguer dans les complexités des procédures et des méthodologies EDD, garantissant une conformité efficace et efficiente aux exigences réglementaires.

Qui a besoin d’une diligence raisonnable accrue ?

La diligence raisonnable renforcée (EDD) est une étape importante dans le processus de gestion des risques. Il permet d’identifier et d’examiner de près certaines personnes qui présentent des risques importants pour une organisation. Cela inclut les clients à haut risque et les personnes politiquement exposées (PPE).

Identifier les clients à haut risque

Les clients à haut risque sont ceux qui ont le potentiel de menacer une entreprise et ses opérations en se livrant à des activités frauduleuses, à des problèmes de conformité ou à des violations de cybersécurité. Ils sont identifiés en fonction de certains attributs et peuvent inclure des personnes provenant de juridictions à haut risque, des personnes ayant des structures de propriété complexes ou des personnes impliquées dans des industries sujettes à la corruption ou à des activités illicites.

Ces clients nécessitent un niveau de surveillance plus élevé que les clients réguliers. EDD aide à comprendre leurs modèles de transaction, la source des fonds et le niveau de risque. Pour plus d’informations à ce sujet, vous pouvez vous référer à notre article sur l’EDD pour les clients à haut risque.

Personnes politiquement exposées (PPE)

Les personnes politiquement exposées, ou PPE, sont des personnes qui occupent une position ou une fonction publique de premier plan. En raison de leur position, ils sont considérés comme des clients à haut risque car ils ont un plus grand potentiel d’être impliqués dans des pots-de-vin ou de la corruption.

L’EDD est cruciale pour l’identification et le suivi des PPE. Il s’agit de comprendre leur source de financement, leurs relations d’affaires et leurs affiliations politiques. Cela permet d’atténuer le risque d’être associé à des activités de blanchiment d’argent ou à d’autres crimes financiers.

Il est important de noter que ce ne sont pas tous les PPE qui sont impliqués dans des activités illicites. Cependant, en raison de leur statut à haut risque, ils justifient un examen plus approfondi dans le cadre du processus EDD. Pour plus d’informations à ce sujet, lisez notre guide sur l’EDD pour les PPE.

En conclusion, l’EDD est un processus crucial qui va au-delà des procédures de due diligence standard. Il s’agit d’un examen plus approfondi des clients à haut risque et des PPE, ce qui aide les organisations à atténuer efficacement les risques de criminalité financière. Pour plus d’informations sur les différents aspects de l’EDD, consultez nos articles sur les réglementations et les exigences de l’EDD et l’approche basée sur les risques de l’EDD.

Mise en œuvre d’une diligence raisonnable renforcée

Le processus de mise en œuvre de la diligence raisonnable renforcée (EDD) nécessite une approche stratégique et systématique. Il s’agit d’une évaluation complète conçue pour recueillir et analyser des renseignements sur les clients ou les relations d’affaires à haut risque afin d’identifier et d’atténuer les crimes financiers potentiels comme le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Voici les étapes clés et le rôle de Know Your Customer (KYC) dans ce processus.

Liste de contrôle EDD : Étapes clés

Pour garantir une mise en œuvre efficace de l’EDD, les professionnels de la conformité doivent suivre une liste de contrôle des étapes clés :

  1. Évaluation des risques : Commencez par évaluer le niveau de risque du client ou de la relation d’affaires. Tenez compte de facteurs tels que le type d’entreprise, l’emplacement géographique, la nature des transactions et toute exposition politique.

  2. Vérification de l’identité : Vérifiez l’identité du client ou du client potentiel. Cela peut impliquer la vérification des documents d’identification officiels, des documents d’enregistrement de l’entreprise et d’autres informations pertinentes.

  3. Surveillance des transactions : Surveillez les habitudes de transaction du client pour identifier toute activité suspecte. Cela comprend des examens réguliers de l’historique des transactions et une surveillance continue des activités du compte.

  4. Vérification de la source des fonds : Enquêtez sur la source des fonds du client pour vous assurer qu’ils sont légitimes. Cela peut aider à identifier tout lien avec des activités criminelles telles que le blanchiment d’argent ou la fraude.

  5. Examen continu : Examiner régulièrement le profil de risque du client et mettre à jour le processus de DEA en conséquence. Tout changement dans le comportement ou le niveau de risque du client devrait déclencher un examen des mesures EDD en place.

La compréhension de ces étapes est cruciale pour les professionnels de la conformité qui travaillent sur l’EDD pour les institutions financières et dans la mise en œuvre des procédures et méthodologies EDD.

Rôle de la connaissance du client (KYC)

Le processus Know Your Customer (KYC) joue un rôle important dans la mise en œuvre de l’EDD. Dans le prolongement du processus KYC, EDD propose une approche plus détaillée basée sur les risques qui comprend des mesures supplémentaires pour examiner et surveiller les clients à haut risque afin de détecter les activités potentielles de blanchiment d’argent (Idenfy).

Les contrôles KYC impliquent une vérification de l’identité du client et une surveillance continue. Ces contrôles sont non seulement une partie cruciale du processus EDD, mais aussi une exigence réglementaire. Les entités réglementées sont tenues d’avoir une compréhension claire de leurs relations commerciales, les entreprises devant satisfaire aux exigences CDD et EDD en s’engageant dans des contrôles KYC (Idenfy).

Pour prendre en charge ces processus, il existe des logiciels et des outils EDD qui peuvent automatiser de nombreuses tâches et améliorer la précision et l’efficacité des contrôles EDD et KYC.

La mise en œuvre d’une diligence raisonnable renforcée est une tâche essentielle pour les professionnels de la conformité, et il est essentiel de se tenir au courant des réglementations et des exigences EDD. Il est également avantageux de suivre une formation et une certification EDD pour s’assurer d’une compréhension approfondie du processus EDD et de ses meilleures pratiques.

EDD dans le secteur bancaire

Le secteur bancaire joue un rôle central dans la mise en œuvre des mesures de vigilance renforcée (EDD). Ces procédures sont conçues pour authentifier l’identité des clients et évaluer le risque de blanchiment d’argent que chaque client représente, ce qui nécessite beaucoup plus de détails que la diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD) standard afin de minimiser les risques associés.

Procédures EDD dans le secteur bancaire

Les procédures EDD dans le secteur bancaire englobent généralement plusieurs étapes clés. Tout d’abord, il s’agit de comprendre le profil du client, la nature et l’objet de la relation commerciale, ainsi que le bénéficiaire effectif. Les banques doivent également évaluer et documenter les risques et effectuer une surveillance continue de la relation d’affaires.

En outre, les banques devraient chercher à obtenir des informations d’identification supplémentaires, analyser la source et la propriété effective des fonds, suivre les transactions en cours, examiner les médias défavorables, effectuer des visites sur place à des adresses physiques, rédiger des rapports d’enquête et élaborer une stratégie de surveillance continue axée sur les risques. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans notre guide sur les procédures et méthodologies EDD.

Conformité réglementaire et EDD

La conformité réglementaire est un aspect essentiel de l’EDD. Le Groupe d’action financière (GAFI) recommande d’intégrer des mesures EDD pour les relations d’affaires et les transactions avec des personnes physiques et morales, y compris les institutions financières. Cela comprend la mise en œuvre de mesures de connaissance du client (KYC), de directives de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) et de processus de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle (CDD).

Les entités réglementées, y compris les banques, sont tenues de bien comprendre leurs relations d’affaires. Les entreprises doivent répondre aux exigences CDD et EDD en s’engageant dans des contrôles KYC, qui impliquent une vérification de l’identité des clients et une surveillance continue.

Les banques, dans le cadre de leur processus EDD, doivent être au courant des réglementations et des exigences EDD et s’assurer qu’elles sont en pleine conformité pour éviter les pénalités et les sanctions réglementaires. Pour ceux qui souhaitent améliorer leur compréhension de l’EDD, notre formation et notre certification EDD peuvent fournir un aperçu complet du sujet.

Technologie et EDD

L’avènement des progrès technologiques a ouvert la voie à des processus de diligence raisonnable renforcée (EDD) plus efficaces et plus précis. Cela inclut l’automatisation des procédures EDD, ainsi que l’utilisation de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique pour affiner les évaluations des risques.

Automatisation des processus EDD

L’automatisation des processus EDD devient de plus en plus importante pour les professionnels de la conformité. Cette approche axée sur la technologie permet aux organisations de rationaliser leurs mesures, d’améliorer l’évaluation des risques et de réduire la probabilité de violations de la conformité.

L’automatisation de l’EDD implique plusieurs processus clés, notamment la vérification de documents tels que l’enregistrement de l’entreprise et la preuve de revenu dans 200+ pays et régions. Il s’agit également de mener des enquêtes et de résoudre les cas plus efficacement grâce à un centre de gestion des cas configurable, exposant ainsi le dossier d’identité complet d’une personne pour répondre à la conformité réglementaire.

En outre, l’automatisation permet aux organisations de vérifier la propriété grâce à des méthodes telles que les correspondances 2FA et opérateurs téléphoniques, et de vérifier les permis de conduire mobiles en toute sécurité à partir de portefeuilles numériques. Il peut également vérifier automatiquement et en toute sécurité les passeports via une puce NFC dans le cadre de ses processus EDD.

Pour en savoir plus sur l’automatisation des processus EDD à l’aide d’outils et de logiciels avancés, consultez notre guide sur les logiciels et outils EDD.

Rôle de l’IA et de l’apprentissage automatique

L’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (ML) jouent un rôle de plus en plus important dans l’automatisation des processus EDD. Ces technologies améliorent l’évaluation des risques et l’efficacité en tirant parti d’algorithmes avancés de renseignement sur les risques et de sources de données étendues.

Les technologies d’IA et d’apprentissage automatique sont capables d’automatiser et de personnaliser les vérifications des médias dans 400+ millions d’articles de presse afin de découvrir et de bloquer les réseaux de fraude. Ils exploitent également l’analyse des liens pour connecter les comptes à risque et améliorer la compréhension des risques grâce aux empreintes digitales des appareils, aux signaux comportementaux, etc. (Persona).

De plus, ces technologies peuvent également aider à filtrer les listes mondiales de sanctions, d’avertissements et de PPE, à automatiser les vérifications des nouvelles négatives et à enrichir le profil d’un utilisateur avec ses identifiants de médias sociaux afin de renforcer la confiance et la sécurité dans chaque point de contact avec l’utilisateur (Persona).

Le rôle de l’IA et de l’apprentissage automatique dans l’EDD est un domaine en évolution rapide, avec de nouvelles applications et méthodologies continuellement développées. Restez à jour avec nos derniers articles sur les procédures et méthodologies EDD et la formation et la certification EDD pour les informations les plus récentes.

En conclusion, la technologie a révolutionné le processus EDD, le rendant plus efficace, plus précis et plus fiable. À mesure que les environnements réglementaires deviennent plus complexes, les solutions technologiques telles que l’automatisation, l’IA et l’apprentissage automatique continueront de jouer un rôle clé pour garantir la conformité et atténuer les risques.

Risques d’un EDD inadéquat

L’incapacité à mettre en œuvre correctement la diligence raisonnable renforcée (EDD) peut avoir des conséquences importantes pour les organisations, en particulier celles du secteur financier. Les risques d’une EDD inadéquate vont des pénalités financières et réglementaires aux risques de réputation et opérationnels.

Pénalités financières et réglementaires

Depuis 2000, les organismes de réglementation du monde entier ont imposé des amendes de près de 38,47 milliards de dollars américains aux institutions financières. Ce montant comprend 21,47 milliards de dollars pour les infractions liées à la lutte contre le blanchiment d’argent (AML) et 16,9 milliards de dollars pour les violations liées aux sanctions (Jumio). Ces sanctions mettent en évidence les graves conséquences du non-respect des réglementations et des exigences de l’EDD.

Les entreprises sont tenues d’utiliser les procédures EDD lorsqu’elles traitent avec des clients à haut risque, des transactions suspectes, des personnes politiquement exposées (PPE), des personnes originaires de pays à haut risque ou sanctionnés, ou des situations présentant un risque accru de blanchiment d’argent. Le fait de ne pas effectuer une EDD appropriée peut entraîner des pénalités importantes.

Pour plus d’informations sur les réglementations et les exigences de l’EDD, consultez notre article sur les réglementations et les exigences de l’EDD.

Réputation et risques opérationnels

En plus des pénalités financières, une EDD inadéquate peut également entraîner une atteinte importante à la réputation. À l’ère numérique d’aujourd’hui, les informations sur les violations liées à la lutte contre le blanchiment d’argent et aux sanctions peuvent se propager rapidement, nuire à la réputation d’une organisation et éroder la confiance des clients.

De plus, l’examen réglementaire à la suite de manquements à la conformité peut perturber les opérations, entraînant une augmentation des coûts et une perte potentielle d’activité. Il souligne pourquoi une approche fondée sur les risques en matière d’EDD est essentielle pour les organisations qui traitent avec des clients à haut risque et qui exercent leurs activités dans des secteurs ou des juridictions à haut risque.

Pour plus d’informations sur les meilleures pratiques EDD et sur la façon d’atténuer ces risques, consultez nos articles sur les procédures et méthodologies edd et les logiciels et outils edd.

En conclusion, l’EDD joue un rôle crucial en aidant les institutions à se conformer aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (CTF). Cela fait partie de leurs efforts pour atténuer les risques de criminalité financière. Par conséquent, le maintien de procédures EDD robustes n’est pas seulement une exigence réglementaire, mais aussi un impératif commercial crucial pour assurer la résilience opérationnelle et maintenir une bonne réputation sur le marché.