fbpx

Blanchiment d’argent démasqué : des cas et des exemples notables dévoilés

Posted in Lutte contre le blanchiment d’argent (AML) on février 25, 2024
1708797793133X101557864185287660 Feature

Comprendre le blanchiment d’argent

Le blanchiment d’argent est une activité criminelle complexe, clandestine et qui a de profondes implications. Il est essentiel que les professionnels travaillant dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques et de la lutte contre la criminalité financière en comprennent les subtilités.

Définition et principes de base du blanchiment d’argent

Le blanchiment d’argent est le processus qui consiste à faire paraître légal le produit de l’argent illégal. Il s’agit d’une méthode utilisée par les criminels pour dissimuler leurs activités et l’argent en jeu, en faisant apparaître le produit de leurs crimes comme légitime. Cela se fait souvent par le biais d’une séquence complexe de virements bancaires ou de transactions commerciales, ce qui rend difficile le traçage de la source d’origine des fonds.

Parmi les exemples bien documentés de blanchiment d’argent, citons l’utilisation d’espèces pour acheter des polices d’assurance-vie et les laisser ensuite expirer, l’achat et la vente d’actifs de valeur comme des œuvres d’art, et l’utilisation de sociétés fictives pour dissimuler la propriété et le transfert de fonds, en particulier dans le secteur immobilier. La fausse déclaration de biens ou de services dans le cadre du blanchiment d’argent axé sur le commerce et l’utilisation abusive d’entreprises de services monétaires (ESM) sont également des méthodes courantes utilisées pour blanchir de l’argent.

Les étapes du blanchiment d’argent

Comprendre les étapes du blanchiment d’argent est crucial pour détecter et prévenir cette activité illicite. Ces étapes comprennent généralement le placement, la superposition et l’intégration.

Placement : Il s’agit du processus d’introduction de l’argent illicite dans le système financier. Cela peut être fait en divisant de grandes quantités d’argent en petites sommes moins visibles qui sont ensuite déposées directement dans un compte bancaire, ou en achetant une série d’instruments (tels que des chèques ou des mandats) qui sont ensuite collectés et déposés dans des comptes à un autre endroit.

Superposition : À ce stade, le blanchisseur d’argent s’engage généralement dans une série de conversions ou de mouvements des fonds pour les éloigner de leur source. La superposition peut consister en plusieurs virements bancaires, des virements bancaires entre différents comptes à des noms différents dans différents pays, des dépôts et des retraits pour faire varier continuellement le montant d’argent sur les comptes, changer la devise de l’argent et acheter des articles de grande valeur (tels que des maisons ou des entreprises) pour changer la forme de l’argent. C’est ce qu’on appelle parfois la superposition complexe.

Intégration : La dernière étape du processus. Au stade de l’intégration, l’argent réintègre l’économie traditionnelle sous une forme d’apparence légitime – il semble provenir d’une transaction légale. Il peut s’agir d’un virement bancaire final sur le compte d’une entreprise locale dans laquelle le blanchisseur « investit » en échange d’une part des bénéfices, de la vente d’une propriété achetée pendant la phase de superposition ou simplement de la dépense d’argent qui a été blanchi pour des produits de luxe.

En comprenant les bases du blanchiment d’argent et ses étapes, les professionnels peuvent mieux s’outiller pour détecter et prévenir ces activités, qui sont des aspects cruciaux de la conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Regarder des exemples concrets

Pour mieux comprendre la dynamique du blanchiment d’argent, penchons-nous sur des exemples concrets. Ces affaires, impliquant l’assurance-vie, le monde de l’art et les sociétés écrans dans l’immobilier, dévoilent les stratégies complexes employées pour dissimuler des fonds illicites.

Blanchiment d’argent par le biais de l’assurance-vie

L’une des méthodes de blanchiment d’argent consiste à souscrire des polices d’assurance-vie. Les particuliers utilisent de l’argent comptant pour acheter ces polices, puis empruntent sur celles-ci et finissent par laisser les polices expirer. Cette méthode circulaire obscurcit l’origine des fonds et donne un vernis de légitimité à l’argent illicite (Investopedia). Cet exemple souligne l’importance des procédures de connaissance du client (KYC) et de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle dans le secteur de l’assurance en tant qu’éléments clés de la conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Le blanchiment d’argent dans le monde de l’art

Le monde de l’art est un autre domaine vulnérable au blanchiment d’argent. Les criminels achètent et vendent des œuvres d’art de valeur pour masquer l’origine de l’argent utilisé dans ces transactions. La valeur élevée des œuvres d’art, associée à la nature subjective de leur prix, en fait un terrain fertile pour les stratagèmes de blanchiment d’argent. Cela met en évidence la nécessité de contrôles rigoureux et de transparence dans les transactions d’œuvres d’art de grande valeur.

Sociétés fictives et biens immobiliers

Les transactions immobilières, en particulier celles impliquant des sociétés fictives, sont un autre canal courant de blanchiment d’argent. Les criminels achètent souvent des biens immobiliers en utilisant de l’argent comptant et dissimulent leur propriété par le biais de sociétés fictives ou de propriétés cachées afin d’obscurcir la piste des fonds et de compliquer la recherche de leurs origines illicites (Investopedia).

Dans certains cas, les évaluations immobilières sont manipulées et les criminels collaborent avec des agents immobiliers ou des évaluateurs pour sous-évaluer ou surévaluer les propriétés. Cette pratique illicite leur permet d’obtenir des prêts ou de maximiser le montant blanchi grâce à des valeurs immobilières gonflées.

Dans un cas notable, un Hondurien a blanchi plus d’un million de dollars de pots-de-vin par virement bancaire international pour acheter des propriétés à la Nouvelle-Orléans, y compris des espaces de bureaux (ComplyAdvantage). Dans un autre cas, une banque privée aurait permis à un compte appartenant au Vatican de dépenser 350 millions de dollars pour investir dans l’immobilier londonien, facilitant ainsi les transactions immobilières illégales, y compris celles effectuées par des trafiquants de drogue pour acheter des propriétés en Bulgarie (ComplyAdvantage).

Ces exemples illustrent l’importance de la transparence des bénéficiaires effectifs dans les transactions immobilières et la nécessité de procédures rigoureuses de lutte contre le blanchiment d’argent dans le secteur. Ils soulignent également les défis auxquels sont confrontés les organismes chargés de l’application de la loi pour retracer les flux de fonds illicites et le rôle central des banques offshore dans les systèmes de blanchiment d’argent.

Blanchiment d’argent basé sur le commerce

Le blanchiment d’argent basé sur le commerce est une forme complexe de criminalité financière qui utilise des transactions commerciales pour cacher, déplacer et investir de l’argent gagné illicitement. C’est l’une des trois méthodes fondamentales de blanchiment d’argent, avec la superposition et l’intégration, qui peuvent toutes être explorées dans notre article sur les étapes du blanchiment d’argent.

Fausse déclaration de biens ou de services

Le blanchiment d’argent basé sur le commerce consiste à faire de fausses déclarations sur le prix, la quantité ou la qualité de biens ou de services afin de transférer de la valeur entre les pays et de dissimuler la source illicite des fonds (Investopedia). Cette méthode peut être utilisée à la fois à l’étape de la stratification du blanchiment d’argent pour créer des couches complexes de transactions et à l’étape d’intégration du blanchiment d’argent pour réintroduire l’argent blanchi dans l’économie légitime.

La fausse déclaration de biens ou de services peut prendre plusieurs formes, telles que la surfacturation, la sous-facturation, la facturation multiple ou la description mensongère de biens ou de services. Ces pratiques frauduleuses sont souvent facilitées par des sociétés fictives et des structures de propriété effective dissimulées, ce qui peut rendre difficile pour les autorités de détecter ces activités et d’enquêter sur celles-ci.

Études de cas sur le blanchiment d’argent lié au commerce

Un exemple notable de blanchiment d’argent basé sur le commerce concerne une organisation criminelle qui utilise des biens sous-évalués et de fausses factures pour blanchir 1,8 million de dollars d’argent sale (ONUDC). Dans ce cas, l’organisation a acheté des biens dans un pays à bas prix, puis les a vendus dans un autre pays à un prix beaucoup plus élevé. La différence de prix a été utilisée pour blanchir l’argent illicite.

Cette affaire nous rappelle brutalement l’importance de solides procédures de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent , y compris une diligence raisonnable approfondie à l’égard de la clientèle et une surveillance continue des transactions. En comprenant les techniques utilisées dans le blanchiment d’argent basé sur le commerce, les professionnels travaillant dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques et de la lutte contre la criminalité financière peuvent mieux identifier et atténuer les risques associés à ce type d’activité illicite.

Ces exemples de blanchiment d’argent mettent en évidence la nécessité d’une vigilance continue et de contrôles efficaces dans le secteur du commerce mondial. Alors que les méthodes utilisées par les criminels continuent d’évoluer, il est crucial pour les organisations de rester informées et d’adapter leurs stratégies de lutte contre le blanchiment d’argent en conséquence. En comprenant les tactiques utilisées dans le blanchiment d’argent, les professionnels peuvent mieux protéger leurs organisations et contribuer à la lutte mondiale contre la criminalité financière.

Utilisation abusive d’entreprises de services monétaires

Les entreprises de services monétaires (ESM) jouent un rôle crucial dans le système financier mondial, offrant des services tels que le transfert d’argent, le change de devises et l’encaissement de chèques. Cependant, l’utilisation abusive des ESM est devenue une préoccupation importante dans la lutte contre le blanchiment d’argent, car ces entreprises peuvent faciliter le mouvement de fonds sans examen ou surveillance réglementaire appropriés (scanner de sanctions).

Transmetteurs d’argent non enregistrés

Dans le contexte du blanchiment d’argent, les criminels exploitent souvent des émetteurs de fonds non enregistrés, un sous-ensemble d’ESM, pour transférer des fonds illicites sans attirer l’attention des autorités (scanner de sanctions). Ces entités non enregistrées opèrent sous le radar, contournant les réglementations strictes et les procédures de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle auxquelles les institutions financières traditionnelles sont soumises.

Les transferts effectués par l’intermédiaire de ces ESM non inscrites peuvent ne pas laisser de traces, ce qui rend difficile la reconstitution de la source d’origine ou de la destination finale des fonds. Cela en fait un canal idéal pendant la phase de stratification du blanchiment d’argent, où l’objectif est de dissimuler l’origine des fonds illicites.

La relative facilité et l’anonymat offerts par les émetteurs de fonds non enregistrés les rendent attrayants pour les criminels, qui utilisent ces services pour transférer de l’argent au-delà des frontières sans être détectés. Il s’agit d’un défi de taille pour les efforts de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent dans le monde entier.

Études de cas d’utilisation abusive d’ESM

L’utilisation abusive des ESM n’est malheureusement pas rare, avec de nombreux cas enregistrés à travers le monde. Par exemple, les criminels sont connus pour utiliser les ESM pour blanchir de l’argent provenant d’activités illégales telles que le trafic de drogue, la fraude et le crime organisé. Dans de nombreux cas, ces fonds illicites transitent par des ESM non enregistrées, ce qui rend difficile pour les autorités de détecter et de retracer les transactions.

L’utilisation abusive des ESM est un rappel brutal de l’importance d’une surveillance réglementaire rigoureuse dans le secteur financier. Il souligne la nécessité de mettre en place des procédures efficaces de connaissance du client (KYC), un suivi rigoureux des transactions et une diligence raisonnable approfondie pour prévenir de tels abus.

La lutte contre le blanchiment d’argent est continue, avec de nouvelles méthodes et techniques qui émergent constamment. En comprenant et en tirant des leçons de ces exemples de blanchiment d’argent, les organismes de réglementation, les responsables de la conformité et les institutions financières peuvent mieux s’équiper pour détecter et prévenir les flux d’argent illicites à l’avenir.

Blanchiment d’argent par le biais de l’immobilier

Les transactions immobilières offrent aux criminels un moyen efficace de blanchir des fonds illicites. Les transactions de grande valeur du secteur, combinées aux montages juridiques et financiers souvent complexes qu’elles impliquent, représentent une opportunité intéressante pour les criminels qui cherchent à légitimer leurs gains mal acquis.

Achat et vente d’une propriété

Une méthode courante employée par les criminels consiste à acheter des biens immobiliers en espèces, puis à dissimuler leur propriété par le biais de sociétés fictives ou de propriétés cachées (scanner de sanctions). Cette méthode obscurcit la piste des fonds et complique la recherche de leurs origines illicites, ce qui pose des défis aux organismes d’application de la loi.

Une autre stratégie consiste à manipuler les évaluations immobilières. Les criminels collaborent souvent avec des agents immobiliers ou des évaluateurs pour sous-évaluer ou surévaluer les propriétés. Cette tactique leur permet d’obtenir des prêts ou de maximiser le montant blanchi grâce à des valeurs immobilières gonflées.

Les criminels établissent également des sociétés fictives dans des juridictions étrangères pour posséder des biens immobiliers, ce qui facilite le mouvement transfrontalier de fonds illicites. Cette méthode rend difficile pour les autorités de retracer les flux de fonds, ce qui démontre une méthode utilisée pour dissimuler des activités de blanchiment d’argent.

Études de cas sur le blanchiment d’argent immobilier

Le blanchiment d’argent dans le secteur immobilier est un problème mondial. Selon un rapport de Global Financial Integrity (GFI), plus de 2,3 milliards de dollars ont été blanchis dans l’immobilier américain entre 2015 et 2021. Cela montre à quel point l’immobilier reste l’un des moyens les plus populaires de transférer des fonds illicites.

Autre exemple, au cours de la dernière décennie, environ 20 milliards de dollars sont entrés sur le marché immobilier dans la région du Grand Toronto au Canada sans que les autorités de lutte contre le blanchiment d’argent ne fassent l’objet d’un examen minutieux (Sanction Scanner).

Région Quantité blanchie (2015 – 2021)
États-Unis 2,3 milliards de dollars
Grand Toronto, Canada 20 milliards de dollars

Ces exemples soulignent l’importance de la vigilance et de la conformité efficace en matière de lutte contre le blanchiment d’argent dans le secteur immobilier. En comprenant les tactiques utilisées par les criminels et en étant conscients des signaux d’alarme, les professionnels du secteur immobilier peuvent jouer un rôle essentiel dans la perturbation de ces flux financiers illicites.

Pour ceux qui travaillent dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques et de la lutte contre la criminalité financière, comprendre ces exemples de blanchiment d’argent peut aider à identifier les risques potentiels et à mettre en œuvre des procédures efficaces de diligence raisonnable à l’égard de la clientèle .

Scandales de blanchiment d’argent

Même avec la mise en place de mesures strictes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de contrôles réglementaires, des cas de blanchiment d’argent à grande échelle continuent de faire surface. Examinons quelques scandales notables de blanchiment d’argent qui ont fait la une des journaux ces dernières années.

La fuite des fichiers FinCEN

En 2020, la fuite des FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network) Files a révélé un vaste réseau de corruption financière. Plus de 400 journalistes de 88 pays ont collaboré à cette enquête, découvrant un montant stupéfiant de 2 000 milliards de dollars de transactions suspectes.

Ces fichiers secrets contenaient des informations sur des transactions signalées comme suspectes par les banques, mais qui ont été autorisées à se poursuivre. Le rapport a mis en évidence de graves défaillances dans les systèmes bancaires mondiaux, permettant de transférer d’importantes sommes d’argent sans contrôles adéquats.

La fuite des FinCEN Files a souligné l’importance d’une diligence raisonnable approfondie à l’égard des clients et d’une application rigoureuse des réglementations KYC (Know Your Customer). L’affaire est un rappel brutal de l’ampleur et de la complexité potentielles des opérations de blanchiment d’argent.

La fuite des Panama Papers

La fuite des Panama Papers en 2016 a été une révélation monumentale qui a révélé de nombreux cas très médiatisés de blanchiment d’argent, d’évasion fiscale et de contournement des sanctions internationales. La fuite a impliqué des banques, des cabinets d’avocats et des personnalités de premier plan dans le monde entier, révélant l’étendue des activités financières illicites dissimulées par le biais de banques offshore et de sociétés écrans.

Les Panama Papers ont mis en évidence l’utilisation abusive de sociétés fictives anonymes pour dissimuler la propriété effective, une tactique courante dans la phase de superposition du blanchiment d’argent. En conséquence, le scandale a suscité des appels à une plus grande transparence dans les services financiers offshore et à une réglementation plus stricte pour identifier les bénéficiaires effectifs.

Le scandale des laveries automatiques de la Troïka

Le scandale de la « Troïka Laundromat » a impliqué le blanchiment de 4,6 milliards de dollars par le biais d’un réseau de fausses entreprises et de transactions financières illicites entre 2006 et 2013. Ce stratagème a impliqué de multiples parties dans différentes juridictions, ce qui montre la portée mondiale des opérations de blanchiment d’argent.

Le scandale des laveries automatiques de la Troïka a mis en lumière l’utilisation abusive de sociétés fictives pour dissimuler l’origine des fonds illicites, une tactique courante dans la phase d’intégration du blanchiment d’argent. Le scandale a donné lieu à des enquêtes et à des actions en justice, soulignant davantage l’importance de la coopération mondiale dans la lutte contre le blanchiment d’argent.

Chacun de ces scandales souligne l’importance de mesures rigoureuses de lutte contre le blanchiment d’argent et la nécessité constante de faire preuve de vigilance et d’application de la loi. En étudiant ces « exemples de blanchiment d’argent », les professionnels de la conformité, de la gestion des risques et de la lutte contre la criminalité financière peuvent mieux comprendre les tactiques employées par les blanchisseurs d’argent et la façon de détecter et de prévenir ces activités illicites.

Tirer les leçons des affaires de blanchiment d’argent

Comprendre des scénarios du monde réel est l’un des moyens les plus efficaces de comprendre le processus complexe du blanchiment d’argent. Cette section examine de plus près certains des exemples de blanchiment d’argent les plus significatifs de l’histoire récente afin de fournir des informations précieuses sur la façon dont ces événements se sont déroulés et les leçons apprises.

L’affaire Wachovia Bank

En 2010, la Wachovia Bank a été impliquée dans une importante opération de blanchiment d’argent impliquant des cartels de la drogue mexicains. Entre 2004 et 2007, la banque a facilité le blanchiment de près de 390 milliards de dollars par l’intermédiaire de ses succursales. Les fonds illicites, glanés lors de la vente de drogue aux États-Unis, ont été passés en contrebande à travers la frontière mexicaine et ont ensuite été retournés sur les comptes américains de Wachovia. La banque n’a pas vérifié l’origine de ces fonds, manquant ainsi à ses obligations en matière de connaissance du client (KYC). Au lieu de poursuites, Wachovia a payé une amende de 160 millions de dollars et s’est engagé à améliorer ses procédures de lutte contre le blanchiment d’argent (AML).

L’affaire de la Standard Chartered Bank

La Standard Chartered Bank s’est heurtée à de lourdes sanctions pour des violations répétées des sanctions américaines. Initialement condamnée à une amende de 670 millions de dollars en 2012 pour des violations impliquant l’Iran, la banque a de nouveau été accusée en 2019 d’ignorer les sanctions contre des pays tels que le Zimbabwe, la Birmanie, l’Iran, le Soudan, Cuba et la Syrie. Pour ces infractions, les autorités américaines et britanniques ont infligé à Standard Chartered une amende totale de 1,1 milliard de dollars, soulignant les graves conséquences du non-respect du droit international.

L’affaire Danske Bank

La succursale estonienne de Danske Bank a servi d’intermédiaire pour environ 228 milliards de dollars de fonds blanchis entre 2007 et 2015. Ce scandale, impliquant des milliers de clients suspects, a attiré l’attention du public sur les manquements de la banque en matière de conformité. Les autorités danoises ont infligé des amendes d’un montant total de 2 millions de dollars et ont attribué la faute à plusieurs responsables de la banque.

L’affaire BCCI

La Bank of Credit and Commerce International (BCCI) s’est livrée à des activités de fraude et de blanchiment d’argent totalisant jusqu’à 23 milliards de dollars américains. La BCCI a utilisé des stratagèmes sophistiqués de blanchiment d’argent tels que des sociétés écrans, des paradis fiscaux, des commissions et des pots-de-vin. La fermeture de la banque en 1991 a donné lieu à de nombreuses actions en justice, notamment la poursuite de la Banque d’Angleterre par la BCCI pour négligence dans l’identification des signes avant-coureurs. Cette affaire met en évidence l’importance de solides programmes de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (Sanction Scanner).

Ces exemples de blanchiment d’argent soulignent l’importance de procédures rigoureuses de lutte contre le blanchiment d’argent, d’une diligence raisonnable approfondie à l’égard des clients et de la nécessité de comprendre les étapes du blanchiment d’argent pour détecter et dissuader la criminalité financière. En tirant les leçons de ces cas, les professionnels de la conformité et de la gestion des risques peuvent mieux préparer et protéger leurs organisations contre des situations similaires.